Mis en avant

L’Algérie visée par les pays impérialistes

Mot à dire

De par sa situation stratégique et ses richesses naturelles, l’Algérie a toujours suscité l’appétit des pays à tendance colonialiste comme les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France notamment.Sinon, comment comprendre la présence des armées américaine et française aux frontières de l’Algérie ?

70657358-l-algérie-avec-le-drapeau-national-incorporé-sur-le-globe-politique-illustration-3d-isolée-sur-fond-bla

Ainsi, différents plans de déstabilisation de ce grand pays du Maghreb ont été élaborés comme le mentionne cet article.

Voir vidéo « l’Algérie menacée par 7 pays » :

Voir vidéo de l’analyse de Michel Collon :

Voir vidéo sur les tentatives de déstabilisation de l’Algérie :

Ahmed Miloud

f7-1.gif

Révélations d’un diplomate tunisien sur un plan américain contre l’Algérie
3 août 2017

Mohamed-Najib Hachana(photo), ancien ambassadeur de Tunisie à Washington et à Alger a déclaré, parlant du complot américain pour déstabiliser l’Algérie, que «l’Algérie est forte et ne tombera pas dans ce piège ; elle a ses hommes et ses forces intrinsèques et elle saura éviter ce piège».

Lire article ici :

https://www.algeriepatriotique.com/2017/08/03/revelations-dun-ex-ambassadeur-tunisien-a-washington-plan-contre-lalgerie/

***********

lavrov.jpg

Publié le 28 septembre 2014 par DOC MetaTV (mis à jour le 19 janvier 2018)

Un vaste complot se dessine contre l’Algérie, avertit Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères de la Russie

En visite éclair en Tunisie, il y a quelques jours, le ministre russe des Affaires étrangères, Serguei Lavrov, a soutenu lors de sa visite, il y a quelques jours à Tunis, que des «parties étrangères» veulent mettre l’Algérie à feu et à sang à travers la commercialisation d’un printemps algérien. Sans les nommer, le diplomate russe a ajouté que ces mêmes parties «ont ouvert plusieurs fronts près des frontières algériennes depuis la Libye, la Tunisie et le Mali». Etant des alliés traditionnels, M.Lavrov a notamment réitéré le soutien de son pays à l’Algérie. Le chef de la diplomatie russe a dévoilé, lors de son passage en Tunisie, que l’Algérie est devenue la cible des instigateurs et autres fomenteurs qui insistent pour y écrire le dernier épisode d’un supposé printemps arabe. Aussi, a-t-il mis en garde les autorités algériennes contre les instigateurs de ce qu’on appelle «printemps arabe».
Le ministre russe des AE incrimine directement ceux qui ont été à l’origine des bouleversements provoqués délibérément en Tunisie, en Libye et au Mali, d’où parvient la plus grande menace contre l’Algérie. Il estime que les conspirateurs du nouvel ordre mondial établissent leurs plans à base d’une politique d’influence en misant sur les minorités populaires et les réseaux terroristes.
Cependant, cette menace soulignée par Moscou n’est pas nouvelle pour les services de renseignements algériens, pas une menace qu’ignorent les services de renseignements algériens. Soumis à une très forte pression depuis le début de la guerre civile en Libye, les forces de sécurité algériennes ont misé sur leur expérience acquise sur le terrain de la lutte antiterroriste. En un temps relativement court, des milliers d’informations et de témoignages de première main ont été analysés et recoupés par les services du DRS engagés dans une course contre la montre contre tous genres de menaces, notamment des groupuscules criminels nés à l’ombre d’une crise libyenne qui aura servi de catalyseur au mouvement jihadiste. Un mouvement relativisé et parfois banalisé par l’ensemble des parties entrées en guerre contre le régime d’El Gueddafi, dont la France, la Grande-Bretagne et les USA.
Dans leur banque de renseignements les services de sécurité ont réussi à identifier des réseaux nouvellement constitués composés de Marocains et de Libyens.
L’arrestation de plusieurs agents du Mossad en Algérie en est la preuve tangible. Ne jugeant pas nécessaire de dévoiler le véritable scénario programmé contre l’Algérie, des sources très au fait du contexte confient que l’Algérie constitue «un terreau fertile» pour les grands appétits occidentaux. Le rapport du département d’Etat américain sur les droits de l’homme qui épingle paradoxalement l’Algérie et l’analyse du Combating Terrorism Center (CTC) de l’Académie militaire de West Point qui a mis sous la loupe tout ce qui se passe dans le sud de l’Algérie, prétextant que cette région névralgique de l’économie du pays, serait l’épicentre d’un éclatement populaire à cause de la marginalisation des minorités, ne peuvent être considérés que comme une introduction aux véritables visées des Occidentaux.
Une perception initiatrice de ce qui se prépare. «L’Algérie est-elle dans le collimateur des USA?» s’interrogeait L’Expression dans l’une de ses précédentes éditions! La réponse a été révélée dans les colonnes du Los Angeles Times. Le journal rapporte que «des troupes de forces spéciales américaines se sont installées en Tunisie». Cette présence dont nous avons fait foi, mais démentie par les autorités tunisiennes est justifiée, souligne le même organe de presse par le fait «d’entretenir les forces militaires tunisiennes en matière de lutte contre le terrorisme».
Les marines dont le nombre serait d’une cinquantaine ont pris position au sud de la Tunisie à un vol d’oiseau des frontières algériennes depuis le mois de janvier 2014. «Un avion de type hélicoptère s’y est installé aussi», précise encore le Los Angeles Times. Ce n’est que l’aspect visible de l’iceberg et de l’énorme stratégie de guerre annoncée contre l’Algérie.
En effet, depuis la fin de l’année précédente, des informations vérifiées font état d’une forte présence d’agents des services de renseignement américains et d’agents de l’Africom dans le Sud tunisien. Jalouse de sa souveraineté, l’Algérie avait agi en un temps record pour libérer plus de 600 otages tout en sécurisant le périmètre. L’Unité spéciale appelée à mener l’opération avait impressionné le monde entier par son professionnalisme! Même si les USA prétextent leur mobilisation en Afrique pour une coordination de lutte contre le terrorisme et pour préserver leurs intérêts, il est tout de même difficile de ne pas croire que les USA n’ont pas un intérêt pour une partie de l’Algérie dont les réserves de gaz de schiste, de gaz conventionnel et d’autres minéraux comme l’uranium.
Des clans complaisants sont déjà sur le terrain pour la mise en marche de la locomotive de déstabilisation.

Source :
<a href= »http://https://meta.tv/un-vaste-complot-se-dessine-contre-lalgerie-avertit-serguei-lavrov-ministre-des-affaires-etrangeres-de-la-russie/« >https://meta.tv/un-vaste-complot-se-dessine-contre-lalgerie-avertit-serguei-lavrov-ministre-des-affaires-etrangeres-de-la-russie/

********************

D’autres sources confirment cette velléité des pays impérialistes contre l’Algérie :

1) La France prépare une invasion imminente de l’Algérie :

http://m.alterinfo.net/La-France-prepare-une-invasion-imminente-de-l-Algerie_a122671.html#last_comment

2) Liste des 10 pays à déstabiliser par les États-Unis dans les quatre prochaines annees, l’Algérie occupe la 3ème place de cette liste :

https://reseauinternational.net/les-10-pays-a-destabiliser-par-les-etats-unis-dans-les-quatre-prochaines-annees/

(3) Voir article »l’Algérie encerclée par 3 bases américaines » :

Un rapport révèle : l’Algérie encerclée par trois bases militaires américaines

Pour ne pas oublier:
-Discours du Président Algérien Houari Boumedienne à l’ONU(extrait):

-Discours sur le fait que l’Algérie est visée par les puissances étrangères :

-Tentatives de déstabilisation de l’Algérie :

Vidéo sur la ministre sioniste de la justice qui menace d’extermination les Algériens, le Marocains et les Tunisiens :

Ahmed Miloud

Quand Boumediène traitait le roi du Maroc de « bâtard »

Lors d’un entretien entre le regretté président Algérien Houari Boumédiene et feu le roi Hassan II. Entretien qui à un moment donné, avait tourné au vinaigre et le ton c’était durci.

Devant le ton dur de Boumédiene, le roi Hassan II pour impressionner le président algérien lui avait dit :

« N’oublie pas que tu as affaire à un descendant du prophète (swsa) »

Et le président Algérien de rétorquer :

« Je ne savait pas que le prophète (swsa) avait laissé des bâtards ».

Mediouri : le père biologique de Mohammed VI

D’après le journal le Monde du 06/09/2004: « Mohamed Médiouri  était en effet épris de l’épouse légitime de Hassan II, « la mère des princes ». Il l’épousera après la mort du roi, en 1999, et vit aujourd’hui avec elle entre Versailles et Marrakech. »

Oui, effectivement, la mère de Mohamed VI habite actuellement à Neuilly à Paris avec son amant Mohamed Mediouri ancien garde du corps de Hassan II chargé de la sécurité du palais royal.

Au cours de Janvier – Fevrier 2008, Mohammed VI était absent du Maroc pendant plus d’un mois. Il était avec sa mère Lalla Latifa (veuve de Hassan II) et son amant Mohamed Mediouri (père biologique de Mohamed VI) qui habitent ensembles à Neuilly, dans les Hauts-de-Seine, où ils se sont installés. La soeur de Mohamed VI Lalla Hasna vient également
de quitter sa résidence de Londres et a acquis – avec son amant français – un joli appartement à Paris, rue Dumont d’Urville dans le seizième arrondissement, à deux pas de celui de la soeur chérie du Roi, Lalla Meriem.

Mohamed Mediouri et Lalla Latifa, partagent leur temps entre leurs deux appartements de la rue de Berry à Paris et du boulevard Maurice Barrès à Neuilly. On les voit parfois rue Winston à la Résidence royale.

Qui est donc ce Mohamed Mediouri que Mohamed VI propose  de mettre à la disposition de son ami Sarkozy pour assurer sa protection personnelle contre d´éventuels « cons » au cours de ses bains de foule en France – et à la manière royale makhzénienne marocaine ?

En 1975, la sécurité royale marocaine a pour la première fois un nom, le Département de protection royale (DRP), et un visage, celui de Mohamed Mediouri. Un inspecteur de police de Marrakch qui excelle dans le tir et la boxe. L’homme au teint mat et à la fine moustache colle au monarque chérifien. Il est derière Hassan II sur toutes les photos, en toutes circonstances. Celà lui confère une certaine aura, qui lui permet de grignoter quelques prérogatives aux équipes de la Gendarmerie censées veiller sur Hassan II. Il était donc le Garde du corps du roi et chef des gardes du corps qu´il commandait avec maestria. Mediouri a véritablement été l’homme de confiance de Hassan II.

« La mère de Mohamed VI (Lalla Latifa) était bien souvent confinée au harem avec des dizaines d´autres concubines du roi. Elle ne lui jamais était permis d´avoir des rapports intimes avec ses propres enfants qui étaient confiés, surtout, à des éducateurs juifs. Par contre, elle a eu – avec le consentement secret de son mari – une longue liaison sexuelle avec le policier Mohamed Mediouri qui est, en fait, le vrai père biologique de l´actuel roi du Maroc Mohamed VI. C´est-à-dire que Hassan II était un cocu consentant. Hassan II, lui-même, n´était pas le fils biologique de son « père » officiel Mohamed V, mais celui de Touhami Al Glaoui, l´ancien pacha de Marrakech(1). « Le jour où le prince (future Mohammed VI) a appris que son vrai père n´était pas Hassan II, mais Mediouri, il a pris sa voiture et il est parti en roulant à tombeau ouvert. Il a alors eu un accident « , rappelle Jean-Pierre Tuquoi, l´auteur du livre « Le dernier roi ». Comment ce policier s´est-il introduit au palais?

Dans les années 80, marquées par les émeutes urbaines, l’ambiance sociale est généralement tendue mais la vie du roi n’est pas mise en danger. Ce calme relatif permet à Mohamed Mediouri de mener une vie publique « au service de Sa Majesté ». En plus de son travail de garde du corps, Mediouri trouva aussi le moyen de se profiler en « dirigents sportif ». Il n’en a pas oublié sa vocation première pour autant et travaillait d’arrache-pied pour moderniser la sécurité de Hassan II, et celle des princes et princesses.

L’omniprésent Mediouri recrute des jeunes à tour de bras dans les écoles de police, mais également dans les clubs de sport. Mehrad, Fikri et Jaïdi (le trio qui veille aujourd’hui sur la sécurité de Mohammed VI) sont par exemple ses recrues et ses élèves ». La sécurité rapprochée de Hassan II se professionnalisa.

« Lors d’un voyage de Hassan II en Libye, ses gardes du corps ont été dépassés par les bains de foule que s’offrait le colonel Kadhafi. C’est l’une des rares fois où tout le monde, y compris Hassan II, a paniqué. Lorsque l’un des hommes de Mediouri a tenté de former un cordon de sécurité humain avec l’une des gardes du corps du colonel, cette dernière lui a sauvagement mordu la main », rapporte un ancien cadre de la sécurité royale de Hassan II.

Plus tard, ce sont les escapades du jeune prince héritier Sidi Mohammed (future Mohamed VI) qui donnent du fil à retordre aux durs à cuire engagés au service de Mediouri (et de Hassan II). « Les équipes de Mediouri faisaient également du « renseignement » quand il s’agissait du prince héritier. Il n’était pas rare de voir le prince tentant, au volant de sa voiture, de semer ses gardes du corps, se mettant de facto en danger », se rappelle un gendarme, en poste près de la plage de Skhirat où le futur Mohammed VI se rendait souvent, vers la fin des années 1990.

Deux intéressants ouvrages sur le Maroc : Notre ami le roi de Gilles Perrault (1990) et Le dernier roi de Jean-Pierre Tuquoi (2001). Leurs auteurs dressent un portrait sans complaisance du régime monarchique et un bilan critique de son règne, citant les propos de nombreux observateurs de la société marocaine : Sur Mohamed VI, par exemple: « Le mémoire qu’il a rendu était bidon. Ce n’est certainement pas lui qui l’a écrit. » (Jean-Pierre Tuquoi) ; « Quand il s’est rendu au sommet de la francophonie au Canada en 1999, il a demandé à être logé à part. Lui et sa cour sont arrivés dans trois Airbus. Il a pris la résidence des chefs d’Etat pour lui seul. Tout cela pour ne rester que vingt-quatre heures » (un observateur) et « Nous sommes noyés dans la corruption, la gabegie et l’inertie de l’administration. Mohammed VI pratique un despotisme enfantin. »

Mohammed VI s´est marié avec Salma Bennani, jeune femme de 25 ans, native de Fès et issue d´une famille d´origine juive.  » Ce mariage est éminemment politique. Les rumeurs sur l’homosexualité de Mohammed se faisaient insistantes. Le palais devait réagir « , analyse l’écrivain Gilles Perrault, dont le livre Notre ami le roi avait été interdit par Hassan II.  » C’est vrai, il y a des rumeurs sur les mœurs du roi(2). Mais Mohamed VI pense certainement que quand il aura un héritier, on n’en parlera plus « .  Homo, hétéro ? Cette question à une importance au Maroc! Le fait est que par bien des aspects, Mohammed reste mystérieux. Comme Sarkozy, Il peut se montrer colérique « , affirment invariablement les habitués de la Cour.  » Aujourd’hui, nul observateur ne peut se vanter de bien connaître le roi. Il reste, également comme Sarkozy, une dangereux énigme .

« C’est peut-être en étudiant le comportement du père que l’on comprend le fils. – explique Jean-Pierre Tuquoi, auteur de l´ouvrage Le Dernier Roi – Hassan II était  quelque peu détraqué. Il vivait encore au XVIIe siècle. C’était quelqu’un de violent. Il battait ou faisait battre ses enfants pour un mot de travers, une mauvaise note, ou pour rien. Le roi a broyé l’existence de tout son entourage. Les enfants ont peut-être été les plus exposés et Mohammed VI en particulier. En qualité de prince héritier, il était en première ligne.  » Gilles Perrault confirme :  » Les enfants d’Hassan étaient battus. La punition classique, c’étaient les coups de cravache. Cela a lourdement pesé sur la personnalité de Mohammed VI. Très tôt, pour compenser le manque d’affection parental, Mohammed se crée un cocon en dehors de sa famille : un groupe d’amis, une petite équipe de fidèles qui partagent ses goûts pour les boîtes de nuit, la danse, les discothèques, le sexe et les autres plaisirs interdits de la vie. Ils ne le quitteront plus.

Certains l’accompagnent jusqu´aujourd’hui à des postes clés.  » Le mémoire qu’il a rendu (à l´issue de ses études) était bidon . Ce n’est certainement pas lui qui l’a écrit « , raconte Tuquoi. Au dire de beaucoup, c’est l’ensemble de son cursus scolaire qui ne fut pas des plus brillants. Qu’importe, à l´issue de ses « études », il occupe le poste de coordinateur des services de l’état-major de l´Armée royale.  » Il n’y a pas laissé le souvenir d’un dingue de boulot « , raconte un proche.

Durant cette période, Mohammed sort aussi beaucoup. L’argent ne manque pas. Avec ses frères et soeurs, il dévalise les boutiques à la mode ou s’amuse dans les boîtes et les restaurants, s’offre quelques virées à Londres, Paris ou New York. Le 23 juillet 1999, Mohammed succède à Hassan II, décédé. Il devient roi et se donne des titres : « roi », en tant qu’autorité qui exerce le pouvoir et « amir al mouminim », (« commandeur des croyants »!!!) En dépit de ces titres et d’autres, beaucoup de Marocains préfèrent le surnommer  » Sa Majetski « , en référence à sa passion pour le scooter des mers qu’il pratique régulièrement au large de Rabat. Car Mohammed aime le luxe. Comme Hassan II, qui comptait plus de costumes que de jours dans l’année, des milliers de cravates et de paires de chaussures, Mohammed s’habille chez les plus grands tailleurs juifs du monde. Certains couturiers, comme Smalto, se rendent régulièrement au Maroc pour renouveler sa garde-robe.

La  » simplicité  » des grands hôtels internationaux ne lui sied guère.  » Quand il s’est rendu au sommet de la francophonie au Canada, en 1999, il a demandé à être logé à part. Lui et sa cour sont arrivés dans trois Airbus. Il a pris  la résidence des chefs d’État pour lui seul. Tout cela pour ne rester que vingt-quatre heures « , raconte un observateur. À l’instar d’Hassan II, il est un roi nomade. Il réside à Rabat, Agadir, Skhirat et dans les multiples palais dont il dispose.  » Au cours de ses incessants déplacements, Hassan II ne se séparait jamais de ses ministres. En revanche, Mohamed donne l’impression de voyager pour fuir le travail et les rudesses du pouvoir « , souligne Tuquoi. Il n´est vraiment à l’aise qu´à l’ombre de ses palais. Il adore égalament – comme Sakozy – prendre des bains de foule.   Après Hassan, il continue la tradition du baise-main.  ‘

Un Marocain sur deux est analphabète. Un Marocain sur cinq végète en dessous du seuil absolu de pauvreté, avec moins d’un dollar par jour. 70 % des jeunes rêvent de  quitter le pays.  Nous sommes toujours noyés dans la corruption, la gabegie et l’inertie de l’administration. Mohammed VI continue à pratiquer le même  despotisme que celui de son père.

Au Maroc, c’est la stagnation totale. Le pays est dirigé par une élite de quelques familles le plus souvent d´origine juive qui sont prêtes à tout pour défendre leurs intérêts. Aujourd’hui, la déception est à la mesure de l’espoir né à la mort d’Hassan II.

Aucune de nos institutions traditionnelles, ni le Parlement ni les partis politiques ni même la monarchie, n’a sérieusement entrepris le travail nécessaire de reconstruction.

Source :

Maroc Confidentiel

(1) Témoignage d’un membre de la famille marocaine juive Corcos :

Une fille esclave a été donnée par la Bacha Touhami El-Glaoui au roi Mohamed V. Selon l’histoire, le roi n’avait aucune idée que la fille qu’il venait de recevoir était déjà enceinte du futur roi Hassan II. En plus, il est mentionné que le père réel du Hassan II est Touhami El Glaoui lui-même, un Berbère du Sud du Maroc, et que sa mère réelle est une descendante Judéo-Berbère. Glaoui été connu comme collaborateur des Français toujours en soignant précieusement ses propres ambitions politiques.

(2) Lire cet article :

https://dzmewordpress.wordpress.com/2022/09/25/la-relation-suspecte-entre-le-roi-du-maroc-mohamed-vi-et-un-champion-darts-martiaux/

Les juifs et les révolutions

Une grande partie de la prétendue « histoire » que l’on nous a enseignée à l’école n’est pas aussi exacte que nous aurions pu le croire. Les éditeurs de livres, en particulier, ont réussi à éliminer, avec une astuce bien pensée, une grande partie des informations les plus importantes nécessaires pour nous permettre de comprendre réellement le monde dans lequel nous vivons. Après l’élimination de peut-être 50% des faits cruciaux, une grande partie du reste de ce qui nous a été présenté est factuellement faux. Pire encore, ils ont réussi à construire un récit historique déconnecté, composé d’extraits sonores qui semblent sans rapport les uns avec les autres et nous empêchent ainsi de relier les points nécessaires pour voir l’image globale telle qu’elle est réellement (ou a été). Pour aggraver les choses, nos enseignants, ayant été éduqués dans ce même système, sont eux-mêmes ignorants de la plupart des faits cruciaux. Dans cet essai, je vais tenter de présenter quelques grandes sections d’un segment important de notre histoire afin que les relations puissent être établies et que le tableau puisse être discerné dans son ensemble.

Contrairement à ce qu’affirment nos textes historiques, les révolutions sont rarement le résultat d’une « combustion spontanée de l’ordre social », comme l’a écrit quelqu’un. Le plus souvent, l’allumette est allumée par quelque « agence secrète qui se dissimule dans les sanctuaires obscurs de certaines formes de franc-maçonnerie » qui a inévitablement une origine « nettement juive ». Dans tous les cas, l’histoire a omis de mentionner l’identité ethnique des instigateurs et des principaux acteurs et, à quelques exceptions près (notamment la France et la Russie), elle a complètement enterré le fait de ces révolutions. Les pays européens ont connu deux vagues de révolutions à environ 100 ans d’intervalle, visant à renverser les monarchies, mais ce n’était que le début. Peu de gens semblent savoir aujourd’hui que le mouvement communiste était plus ou moins à 100% une création juive, destinée à encourager les révolutions non seulement en Europe mais dans le monde entier. Nous avons eu Trotsky et Lénine en Russie, les loges maçonniques juives en France, un coup d’État réussi en Mongolie, Bela Kun en Hongrie, Rosa Luxembourg en Allemagne, des tentatives de révolutions communistes aux États-Unis (Emma Goldman) et au Canada, en Chine (Voitinsky), Bettelheim (Autriche), et bien d’autres encore.

Un peu d’histoire

Les paragraphes qui suivent immédiatement sont un extrait abrégé d’un article antérieur intitulé « Il est temps de mettre la démocratie à la poubelle – Partie 1 – L’origine »1.

La plupart des gens savent que les juifs ont été expulsés à maintes reprises, pendant des siècles, de nation en nation, au moins au cours des 700 ou 800 dernières années, les expulsions se produisant souvent tous les 50 ans environ. Tout cela est bien documenté, mais il est intéressant de noter que personne ne semble avoir prêté attention à la date précise à laquelle ces expulsions ont cessé ou, plus important encore, à la raison pour laquelle elles ont cessé. Nous devons retracer un peu l’histoire de l’Europe de l’Est.

Il y a plusieurs siècles, les confins orientaux de l’Europe, entre le Caucase et la Volga, étaient gouvernés par un État juif connu sous le nom d’Empire khazar2, l’apogée de sa puissance se situant entre le septième et le dixième siècle de notre ère. Les Khazars étaient un peuple de souche turque qui, pour des raisons obscures, avait choisi d’adopter le judaïsme comme religion vers 750 après J.-C., mais il est essentiel de souligner qu’ils n’étaient pas juifs, dans aucun sens du terme. Ils étaient entièrement turcs et européens de l’Est, génétiquement plus proches des tribus Hun, Ouigour et Magyar que de la descendance d’Abraham, Isaac et Jacob[2]. (p. 17)

Les Khazars étaient des guerriers nomades, « des hommes sauvages aux visages hideux et aux manières de bêtes sauvages, mangeurs de sang ». Un écrivain arménien parle d’une « horrible multitude ». Ils étaient sans aucun doute l’une des espèces animales les plus violentes et les plus cruelles qui aient jamais habité la terre, sans aucune utilité pour la vie autre que la leur. Les Khazars étaient un peuple si violent, brutal et sauvage qu’ils sont décrits comme étant « craints et abhorrés par-dessus tous les peuples de cette région du monde ». On sait peu de choses sur leur origine car les historiens et les éditeurs juifs les ont rayés de notre histoire et font tout leur possible aujourd’hui pour nier l’existence même de ce peuple. Ces Khazars d’Europe de l’Est étaient sans conteste les peuples les plus haïs et les plus craints de toute l’Europe à l’époque, voire de toute l’histoire. Leur soif de sang et leur cruauté étaient légendaires, sans parler de leur cupidité3,4.

Continuer la lecture ici :

https://reseauinternational.net/les-juifs-et-les-revolutions/

Lire aussi « Histoire cachée de la mafia khazare » :

La relation suspecte entre le roi du Maroc Mohamed VI et un champion d’arts martiaux

Abou Bakr Azaitar et le roi Mohammed VI sont devenus inséparables. (Facebook/Abou Bakr Azaitar.)

Par Renata González

Depuis que Mohamed VI, roi du Maroc a divorcé de sa femme Lalla Salma (en mars 2018), il avait eu une vie sociale, disons, un peu tranquille, jusqu’à ce qu’il rencontre un trio de sportifs qui ont apparemment changé son existence. Il s’agit des frères Othman , Abu Bakr et Omar Azaitar (les deux premiers, champions sur le ring et le troisième, leur entraîneur et manager).

Et cela a été avec Abu Bakr , que dans le monde du sport on appelle le gladiateur marocain, avec qui le roi du Maroc a établi une relation si étroite qu’il a même commencé à éveiller les soupçons que ce qui existe entre eux est quelque chose de plus qu’un simple amitié...

Les frères, nés en Allemagne mais d’origine marocaine, étaient très admirés par le roi, notamment pour leurs exploits dans les championnats d’arts martiaux mixtes. La rencontre entre les trois et le monarque ne s’est donc pas fait attendre. C’est arrivé en avril de cette année grâce à une audience tenue au Palais Royal de Rabat.

Les trois frères Azaitar sont des amis du roi du Maroc. (Facebook Abu Bakr Azaitar.)

Presque immédiatement, une grande amitié est née entre les quatre, mais les médias assurent que c’est avec Abou Bakr qu’il a eu un lien particulier.

Il est vrai qu’il les a emmenés tous les trois à la mosquée Hassan (également à Rabat), où il les a placés au deuxième rang ; il est également vrai qu’il les a invités au dîner de rupture du jeûne du Ramadan connu sous le nom d’ Iftar .

Mais seul Abou Bakr était invité à la fête religieuse appelée Aid el Fitr. De plus, au début des vacances d’été (dont le roi profite sur la côte d’Achakar, une ville du nord du Maroc), l’athlète a été vu avec Mohamed VI .

Entre autres activités, tous deux ont profité ensemble d’une balade en voiture décapotable, ont fait un tour à bord d’un voilier et ont visité le palais Moulay el Mehdi à Tanger.

De son côté, Abu Bakr n’a fait que louer le roi. « C’est incroyable à quel point il prend soin de nous », « Merci beaucoup pour tout ! ». « Nous voulons notre roi ! « (…) il a rendu possible ma préparation au combat avec une bonne ambiance à ses côtés », sont quelques phrases qu’il a écrites sur les réseaux sociaux.

Mais l’affection envers Mohamed VI est allée plus loin…(1)

Traduit de l’espagnol par Ahmed Miloud via Google Traduction

Source :

https://www.quien.com/realeza/2019/08/24/la-sospechosa-relacion-entre-el-rey-mohamed-vi-y-un-campeon-de-artes-marciales

(1) Lire plus à ce sujet :

https://lapatrienews.dz/il-a-recu-et-decore-le-chef-de-file-du-lobby-lgbt-mohamed-vi-reconnait-implicitement-ses-tendances-homosexuelles/

LEUR PLAN C’EST LA FIN DES DROITS FONDAMENTAUX

Le plan n’est plus secret.
Le décret exécutif de Biden du 12 septembre 2022 déclare que les Américains doivent renoncer à tous les droits de l’homme qui font obstacle au transhumanisme. Les normes de sécurité des essais cliniques et le consentement éclairé seront éradiqués car ils empêchent de libérer universellement les technologies d’édition de gènes nécessaires pour fusionner les humains avec L’IA. Afin d’atteindre les objectifs sociétaux du Nouvel Ordre Mondial, les crimes contre l’humanité ne sont pas seulement légaux, mais obligatoires.
« Le 12 septembre 2022, la Maison Blanche de Biden a signé un nouveau décret intitulé : « Faire progresser l’innovation en matière de biotechnologie et de biofabrication pour une bioéconomie américaine durable, sûre et sécurisée ». L’ordonnance appelle au développement rapide d’une « bioéconomie » pour répondre à des « objectifs sociétaux » comme la  PROGRAMMATION DE LA BIOLOGIE HUMAINE
L’ordonnance fait référence à une bioéconomie comme une « activité économique dérivée des sciences de la vie, en particulier dans les domaines de la biotechnologie et de la biofabrication, y compris les industries, les produits, les services et la main-d’œuvre ». 

Lire plus :

https://jeminformetv.com/2022/09/20/leur-plan-cest-la-fin-des-droits-fondamentaux/#like-58501

Algérie : sous le sable, la radioactivité

Reggane et In Ekker ont été les principaux sites des essais nucléaires de l’armée française entre 1960 et 1966.
(Capture écran)

TV5 Monde rapporte que « 17 essais nucléaires seront réalisés entre 1960 et 1966 sur les sites d’In Ekker et de Reggane. Le premier, Gerboise bleue, datant du 13 février 1960, est raconté dans l’étude de l’ICAN et de l’Observatoire des armements « Sous le sable, la radioactivité! »

Lire ou télécharger le PDF ici :

https://www.boell.de/sites/default/files/2020-07/Collin-Bouveret-2020-Sous-le-sable-la-radioactivite.pdf

Le lourd passé nucléaire français: à lire ici :

https://dzmewordpress.wordpress.com/2022/03/18/algerie-sous-le-sable-du-sahara-le-lourd-passe-nucleaire-francais/

Coronavirus : La conclusion finale

Le nouvel ordre mondial et la situation de surveillance…

Avec le massacre « coronavirus », on allait vivre dans tout l’Occident, une destruction systématique de toutes les libertés publiques et individuelles, incluant le reste de la vie politique, économique et sociale, sabordant en même temps toute la dynamique insurrectionnelle des Gilets jaunes et des autres mouvements contestataires par l’astuce d’un « état d’urgence » dit « sanitaire », mais qui n’avait rien à voir avec des mesures sanitaires !

Nous avons désormais compris ce qui est en jeu, dans le coup d’État réalisé par les « élites » de la mondialisation : il s’agit d’un génocide (crime contre l’humanité) de ceux qui sont considérés comme « inutiles », « non essentiels », « substituables ». Nous avons enfin découvert ensemble, à travers notre lecture des événements, les véritables intentions de ceux qui se sont emparés du pouvoir et nous avons compris à quel point une grande partie de l’humanité se trouve en danger. Maintenant que nous sommes avertis ; maintenant que les « masques sont tombés » au même moment où ils nous ont été physiquement imposés (!), nous savons quelle direction prendre ; nous savons qu’il s’agit de défendre nos vies et celle de nos enfants ; nous savons que le dressage à aimer notre soumission est allé assez loin, trop loin, pour le laisser continuer sa route sans réagir ! Désormais nous savons que « nous avons le devoir sacré de la désobéissance civique » puisque, comme le disait si justement le Mahatma Gandhi, c’est ce qui incombe à toute conscience humaine lorsqu’il s’avère que le « Pouvoir s’est révélé être corrompu et criminel » dans ses intentions et dans ses actions !

Tous les articles publiés ici depuis 2020 nous ont aussi expliqué que nous sommes dans « UN MONDE DE MENTEURS ». Tout nous a démontré depuis trois ans, que le sujet n’était pas le coronavirus ou SARS-COV-2, mais une mise en scène bien rodée pour un « Great Reset » en faveur d’un Nouvel Ordre Mondial.

Ce qui est apparu très clairement au cours de cette longue enquête, c’est une volonté génocidaire acharnée et promue par cette Oligarchie Stato-financière, représentée par le FEM (Forum économique mondial) de Davos… La ligne de son programme inspirait toutes les mesures qui ont été prises contre les peuples méprisés à un point exceptionnel !

« Si une peste noire pouvait se propager dans le monde une fois par génération, les survivants pourraient procréer librement sans rendre le monde trop plein. » (Bertrand Russell)

« La chose la plus miséricordieuse qu’une famille nombreuse puisse faire à l’un de ses enfants en bas âge, est de le tuer. » (Margaret Sanger)

« Une partie de la politique eugénique nous conduirait finalement à une utilisation intensive de la chambre mortelle. Un grand nombre de personnes devraient être mises hors d’existence, simplement parce que l’on perd trop de temps à s’occuper d’elles. » (George Bernard Shaw)

« Le contrôle de la population deviendra désormais la pièce maîtresse de la politique étrangère américaine. » (Hillary Clinton)

« La population mondiale doit être réduite de 50%. » (Henry Kissinger)

« Le monde compte aujourd’hui 6,8 milliards d’habitants. Il pourrait atteindre 9 milliards. Mais, si nous faisons un très bon travail avec les nouveaux vaccins, les soins de santé et les services de santé reproductive, nous pourrions peut-être réduire ce chiffre de 10% à 15%. » (Bill Gates)

C’est l’apocalypse, le déchaînement de l’horreur sur l’humanité, le crime dans toute sa laideur, l’odieux, l’injustice faite vertu ! Qui, dans ces « élites » arrogantes et macabres, peut prétendre pouvoir décider lequel vivra et lequel mourra ?

Suite ici :

https://reseauinternational.net/coronavirus-la-conclusion-finale/

Autre article sur le sujet

https://jeminformetv.com/2022/09/17/une-etude-de-harvard-montre-que-le-vaccin-est-plus-dangereux-que-le-covid/

21ème anniversaire du 11 septembre : La version officielle s’effondre comme…

Le 11/09, il y a 21 ans ont eu lieu les attentats aux USA contre le World Trade Center à New York et sur le Pentagone à Washington.

D’après la version officielle, des terroristes aux arrière-plans islamiques, auraient détourné 4 avions de ligne et les auraient utilisés comme armes pour faire tomber le World Trade Center et pour attaquer le Pentagone.

Mais les chercheurs, les scientifiques, les pilotes du monde entier, ne se contentent pas des explications continuelles venant des politiques et des médias. Visiblement, certaines choses ne sont pas claires. Cela fait plutôt penser à un attentat mis en scène, c’est-à-dire que des services secrets auraient effectué ces attentats sur ordre du gouvernement. Et malgré tout, le terrorisme et la lutte contre le terrorisme marquent de manière continuelle l’histoire du monde du XXIe siècle, dont les attentats du World Trade Center ont été considérés comme l’amorce ou pour ainsi dire le coup d’envoi. Des projets de lois, préparés à l’avance par le gouvernement américain, tels que la limitation de la liberté de réunion, de la liberté d’expression, les écoutes téléphoniques et la surveillance du courrier, ainsi que la guerre en Afghanistan et en Irak et beaucoup d’autres choses graves encore ont été mises en œuvre suite au 9 septembre. Par exemple des perquisitions et des arrestations illimitées, sans décision de justice peuvent être pratiquées. Cela se passe également ainsi dans les autres pays en ce qui concerne les actions terroristes, comme par exemple lors des attentats du métro en Angleterre, les attentats en Espagne et en France. En France, le gouvernement a mis en place l’état d’urgence dans tout le pays. Vous en apprendrez plus dans une autre émission.

Nous montrons à la suite un film de 4 minutes qui a été présenté il y a quelques jours, sur une étude actuelle et fondée du Dr Hulsey de l’université d’Alaska, qui dit qu’il est impossible qu’un feu de bureau puisse être la cause de l’effondrement de la tour 7 du WTC, comme la version officielle du gouvernement américain veut le faire croire.

Il existe aussi un petit documentaire d’à peine 20 minutes en allemand, qui a aussi été diffusé il y a quelques jours et qui contredit avec 50 contre-arguments la version officielle du gouvernement américain. Selon ce documentaire il est même prouvé que les attentats sur le World Trade Center et le Pentagone ont été mis en scène.

S’il vous plaît jugez par vous-mêmes s’il n’est pas urgent de reprendre les recherches sur les attentats, d’éclaircir complètement les incohérences et de prendre, en conséquence, les mesures appropriées.

Enfin, il y a une étude universitaire fondée au sujet du WTC7, qui a calculé que la tour numéro 7, qui faisait presque 200 m de haut n’a pas pu s’effondrer à cause d’un feu de bureau. Voici un extrait de la transmission en direct du 7 septembre 2017. Un projet dans lequel pendant 2 ans on a travaillé sur un modèle réaliste du WTC7 reconstruit virtuellement à l’ordinateur. C’est avec une grande impatience aussi que nous avons attendu l’étude du Dr. Hulsey. Maintenant elle est là et elle prouve que toute cette histoire du 11 septembre ne peut pas être vraie.

Les résultats actuels de nos recherches concernant la tour 7 du World Trade Center sont les suivants : L’écroulement du bâtiment n’a pas été déclenché par le feu. C’est ma conclusion. C’est ce que nous avons découvert. Cela se distingue d’autres études plus anciennes. Les conclusions reposent sur les résultats d’ABAQUS et SAP2000. L’étude du NIST d’un effondrement vertical n’est pas en cohérence avec l’effondrement qui a réellement eu lieu. Je renvoie aux images que nous venons de voir de l’effondrement progressif. Cela ne correspond pas du tout avec ce qu’on peut voir. Ce sont deux choses totalement différentes. C’est ce que je veux dire ; vous comprenez ce que je veux dire ?

Financé par l’argent de l’État, le NIST a également examiné la chute du WTC7, mais a donné comme cause des feux de bureau déjà éteints, en gardant le secret sur leur animation et leur calcul.

À titre de comparaison, la tour Torche, qui a brûlé pendant plusieurs heures sans s’effondrer verticalement :

Continuer à lire :

https://reseauinternational.net/21eme-anniversaire-du-11-septembre-la-version-officielle-seffondre-comme/

La Chine prend position sur le 11 septembre 2001

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Lijan Zhao, a tweeté le 16 août 2022 que les États-Unis (et pas Al-Qaïda) avaient organisé les attentats du 11 septembre 2001.

Capture d’écran

Jusqu’à présent, les officiels chinois manifestaient en privé leur scepticisme face à la version officielle des attentats du 9/11. Ils ont désormais franchi une étape.

Seuls cheik Zayed, Hugo Chávez, Mahmoud Ahmadinejad, Fidel Castro et Donald Trump s’étaient autorisés à aborder ce sujet en public.

Le tweet met en légende les guerres américaines, soulignant ce que le Japon, la Corée, le Vietnam, l’Irak, le Pakistan, la Yougoslavie et l’Afghanistan pensent que les États-Unis font. Puis il utilise Superman pour illustrer ce que les États-Unis eux-mêmes pensent faire. Enfin, il présente les attentats du 11 septembre 2001 avec la légende : « Ce qu’ils [les États-Unis] font réellement ».

Source : Réseau Voltaire

Via :

https://reseauinternational.net/la-chine-prend-position-sur-le-11-septembre/

Sionisme dans l’Histoire Marocaine

Mon grain de sel

Cet article traite de la main-mise des juifs sionistes sur le royaume du Maroc. C’est un témoignage historique d’un membre de la famille juive Corcos qui a fui l’Espagne vers le Maroc en 1492.

Ahmed Miloud

Extrait de l’article :

Le premier bien connu descendant de Joshua Corcos était le fils de Yehuda (d. à Tetuan 1662) Mas’oud-Joshua (d. à Safi 1757). Il était un commentateur Talmud, conseiller financier et un banquier de la cour pour le Sultan Moulay Ismail, un des plus importants Sultans Marocains. Par la demande du sultan, il est parti à Marrakech ou la famille a joué un rôle important dans la communauté et l’économie de la ville. L’arrière petit fils de Mas’oud, était un grand et riche marchant et le chef du Marrakech Judaïsme. (d. à Marrakech 1881).Un membre proéminent de cette branche était Joshua Corcos (1832-1929) qui a suivi la voie de son père dans le « leadership » juif de Marrakech. Comme lui, il était aussi un banquier couronné de succès et un conseiller financier du dernier grand sultan du Maroc avant la période du protectorat française. Moulay Hassan à fait tout qu’il a pu pour maintenir l’indépendance financière du Maroc, au contraire de son fils qui a ouvert le pas sur l’Europe. De cette façon, la tradition des juifs comme conseillers financiers a été écourté. Joshua bénéficiait de la protection des trois sultans : Moulay Hassan I, Moulay Abdel-Aziz et Moulay Hafid, et il a établi un lien avec la famille Glaoui qui avait du pouvoir et de l’influence dans la région de Marrakech et il est devenu leur conseiller financier. Notre addition:When Thami el Glaoui died in 1956 he left bank accounts in Geneva, Paris & London. Ref: Time Magazine

Joshua Corcoc était une personnalité remarquable, surnommé « le millionnaire du Mellach », car il aidait financièrement la communauté. Il a maintenu une « attire » modeste. Il était aimé et estimé par les juifs et les musulmans. Et au jour de ses funérailles en 1929, toute activité à Marrakech était interrompu et des milliers ont assisté au funérailles. Une rue à Marrakech porte le nom de la famille Corcos, comme appréciation de ses contributions pour la ville pendant plusieurs générations. Son fils Mordecai Corcos (Marrakech, 1885-1944) a hérité son rôle comme président de la communauté et chef des affaires de la famille de 1930 jusqu’à 1938. Mais il manquait la personnalité et l’énergie de son père. Sa fille Freha Corcos (Marrakech, 1889-1974) est mariée avec Abraham Meyer Corcos (Marrakech, 1880-1961), qui appartenait à la branche Castiliene de la famille. Un de ses enfants est Maurice Meyer (Marrakech, 1916) il était active dans les affaires locale de la communauté juive et un Mohel très connu. Il s’est marié avec une cousine, Lina Corcos (Mogador, 1922), un des membres de la famille dans cette ville. Un autre fils de Mas’oud Joshua, Judah Corcos (d. 1753 à Safi) a continué comme conseiller financier pour le sultan et était aussi le chef de la communauté juive à Marrakech et il était très connu de sa générosité envers la communauté. Le fils de Judah, Abraham (Marrakech, 1730-Mogador, 1797) était aussi un chef de la communauté et un fondateur de Yeshivoth, et a servi aussi comme conseiller financier pour le sultan Moulay Mohamed Ben Abdullah. Il s’est marié avec sa cousine Reina Sumbal, la sœur de Samuel qui était également le conseiller du sultan et son interprète. La plupart des descendants de cette branche ont émigré en France ou ils vivent encore. A la demande du sultan, Abraham a nommé un de ses neveux, Maimon Ben Yitzchack Corcos (d. à Mogador, 1799) pour représenter la famille au nouveau port à Mogador (Essaouira). Il est arrivé au port avec dix autres familles marchants qui ont été choisis par le sultan, la plupart sont des Juifs. La décision du sultan avait une grande influence dans l’histoire du Maroc envers la communauté juive ainsi que la famille Corcos. Et depuis l’ère « des marchants du sultan », (Tajjar Al-Sultan), la famille Corcos a vécu dans cette ville. Cette désignation a été donné par les sultans depuis le 16ème siècle à un petit groupe de marchants sélectionné : musulmans, chrétiens et spécialement juifs, avec l’idée d’équilibrer l’influence Européenne dans l’économie Marocaine. Les marchants du roi ont travaillé comme des marchants indépendants et en même temps comme des agents commerciaux pour les chefs d’état et ont géré les affaires fiscales mondialement. En contrepoids ils ont reçu une grande portée de privilèges comme avoir facilement des prêts et des maisons, des bureaux et magasins dans les districts gouvernementaux et ils ont graduellement devenu indispensable envers le gouvernement. Maimon Corcos est mort en 1799 par l’épidémie de typhus à la ville et il n’a pas laissé de descendants.

Son cousin Salomon Corcos, le fils d’Abraham Corcos (Marrakech, 1730 – Mogador, 1797) est parti à Mogador à la demande du sultan. En 1823 Salomon Corcos était nommé Consul Britannique à Marrakech et plus tard à Mogador. Donc il a commencé la tradition familiale en représentant les grandes nations. Il a commencé la tradition de la famille et il a représenté les grandes nations. Sa relation très proche avec le sultan Moulay Abdarraham Hisham est illustrée dans un nombre de lettres trouvées dans les archives familiale, entre des centaines de documents préservés par la famille Corcos par plusieurs générations. Elles reliaient surtout a la relation Corcos avec la cour et les relations juive-musulmane entre le 18ème et en 19ème siècles.

Ses archives sont d’un héritage familiale précieux et aussi une source de valeur historique sur le Judaïsme à Mogador. A notre regret, la plus ancienne partie de ces archives était détruite durant le « London blitz » dans la seconde guerre mondiale, après avoir été préservée pour les recherches. L’institut « Ben Zvi Institute », (Jérusalem) a publié « Research Monographs » par Michel Abitbol, basé sur ces archives : « The Corcos Family and Contemporay Moroccan history » et « The Sultan`s Merchants and Economic Development in Morocco ». Mon père, David Corcos qui a hérité cette collection a fait de ces archives son premier projet de recherche.

Salomon Corcos est arrivé à Mogador en 1845 et a rejoint son fils Abraham après avoir laissé les affaires à Marrakech pour son fils aîné Jacob Corcos (1813-1878). L’autorisation du sultan a été trouvé dans un document daté du 4/7/1854, qui existe dans les archives familiale. Notre addition: Sultan Abderrahman a confié à Salomon Corcos en Février 11/1846 une très importante somme d’argent pour être investi dans les terres chrétiennes. Ref: David Corcos; « Studies in the History of the Jews of Morocco, page 47 ». Les affaires de la famille ont prospéré avec le succès du nouveau port de Mogador, largement du à des activités des marchants du sultan. Les plus jeunes frères : Abraham et Jacob Corcos, étaient envoyés par leur père en Angleterre pour recevoir une bonne éducation pour devenir capable de bien maintenir les affaires de la famille qui s’élargient sur niveau international.

Un autre sujet sur le web parle d’un cadeau, une fille esclave donnée par El-Glaoui au roi Mohamed V. Selon l’histoire, le roi n’avait aucune idée que la fille qu’il venait de recevoir était déjà enceinte du futur roi Hassan II. En plus, il est mentionné que le père réel du Hassan II est Touhami Al Glaoui, un Berbère du Sud du Maroc, et que sa mère réelle est une descendante Judeo-Berbère. Glaoui était connu comme collaborateur des Français toujours en soignant précieusement ses propres ambitions politiques.
Cf: Dar El Glaoui; El Glaoui : The pasha of Marrakesh. Time Magazine. Monday, September 5, 1955; Revolt & Revenge & Time Magazine. Monday, May 20, 1957 ; Who Is Boss ? Ref. voir no. 1.

Suite ici :

http://www.sharifian-history.info/Francais.html

Article sur le même sujet

http://infomondedz.canalblog.com/archives/2022/09/11/39625940.html

Voir vidéo sur le témoignage de Gérard Fauré

Gérard Fauré est né en 1946 à Fès au Maroc  (alors protectorat de la France et de l’Espagne). Dans son premier livre (Fatale confiance : la vérité sur la mort de Mohammed V) et les médias, il affirme que son père, Jean Fauré, « médecin militaire», avait également été médecin, confident et homme de confiance du roi Mohammed V», « expert auprès de l’Organisation mondiale de la santé et, à un moment, sous-directeur de l’OMS».

De surcroît, victime de chantage et mis sous pression, Jean Fauré avait été amené contre son gré à collaborer indirectement à la fomentation d’un assassinat politique visant le roi Mohammed V du Maroc « à la demande d’Hassan II».
Gérard Fauré affirme par ailleurs que le Roi Hassen II est le fils du Bacha Touhami Glaoui et non du roi Mohamed V.

La mère de Gérard — berbère, ex-« membre de la tribu des Aït Baha» surnommée « les pirates du désert» — a un caractère bien trempé et plutôt rude. L’auteur relate en outre une relation amoureuse avec Fatéma Oufkir, veuve du général Mohamed Oufkir.
(Wikipédia)