Adolf Hitler, le chrétien nazi et ces Juifs qui se sont battus pour lui

ob_1dbb4c_4108

L’Occident judéo-chrétien a enfanté l’un des plus grands monstres de son histoire en la personne d’Hitler.

En effet, Hitler était chrétien comme il l’affirme lui-même dans son livre éponyme « Mein Kampf » (Mon Combat):
 » En tant que chrétien, mon sentiment me désigne mon Seigneur et mon Sauveur comme un combattant. Il m’indique l’homme qui autrefois dans la solitude, entouré de quelques disciples, a reconnu ces juifs pour ce qu’ils étaient, et sommé les hommes de se battre contre eux, et qui, vérité de Dieu ! était le plus grand, pas en tant que souffrant, mais comme combattant. Dans un amour sans limite en tant que chrétien et en tant qu’homme, je lis dans le passage qui nous dit comment enfin le seigneur s’est levé dans Sa puissance et s’est emparé du fouet pour chasser du Temple l’engeance de vipères et de calculateurs. Comme il était terrible, Son combat pour le monde contre le poison juif ! Aujourd’hui, deux mille ans plus tard, c’est avec la plus grande émotion que je reconnais plus profondément que jamais auparavant que c’était pour cela qu’Il a dû verser son sang sur la Croix. En tant que chrétien, je n’ai pas le droit de me laisser berner. »
(Adolf Hitler, Discours 12 Avril 1922, Munich)

Hitler se proclame catholique dans « Mein Kampf », l’ouvrage où il annonce son programme politique. Il y affirme aussi qu’il est convaincu qu’il est un « instrument de Dieu ». L’Eglise catholique ne mettra jamais « Mein Kampf » à l’Index, même avant l’accession d’Hitler au pouvoir. Le Concordat qui fut signé en 1933 scella l’entente entre l’Eglise et le régime nazi, ce qui a fait dire à Hitler via un communiqué du 10/07/1933 ce qui suit :« La conclusion du concordat me paraît apporter la garantie suffisante que les citoyens du Reich de confession catholique se mettront dorénavant sans réserve au service du nouvel État national socialiste. »

Hitler lui montrera sa reconnaissance en rendant obligatoire la prière à Jésus dans l’école publique allemande, et en réintroduisant la phrase « Gott mit uns »(Dieu avec nous) sur les uniformes de l’armée allemande. A propos de l’uniforme nazie, voici un article qui en dit long sur ses concepteurs :

Hugo Boss

henry ford, hugo boss , louis renault  et adolf hitler

Notre très cher Hugo Boss, dont nous apprécions tellement les parfums, fut le styliste des nazis. A l’automne 1932, Himmler commande un nouvel uniforme noir pour la SS.

Le célèbre groupe Allemand de vêtements et accessoires de mode, Hugo Boss, est celui qui a fourni les uniformes au parti nazi durant la seconde guerre mondiale.

Extrait de registre de résidence concernant un travailleur forcé polonais assigné à la société.

En effet, le designer allemand Hugo Boss a équipé en vêtement la Wehrmacht, les SS et la jeunesse hitlérienne. Tout ça sur le compte de 140 travailleurs forcés et 40 prisonniers de guerre français.

Les nouveaux uniformes furent réalisés et confectionnés par Hugo Boss, qui réalisa également l’uniforme des Jeunesses hitlériennes.

Les fameuses jeunesses hitlériennes, dont fut membre le cardinal Ratzinger, alias Benoit XVI. Vu le lynchage médiatique dont il est l’objet, nous nous demandions si certains, ne sont pas en train de lui faire payer, cette erreur de jeunesse.

Publicité de 1934 affirmant que la société fournit des uniformes nazis depuis 1924.

Nous avons ci-dessous, l’explication du mystère de l’élégance des officiers nazis.

En 1931, Hugo Ferdinand Boss adhère au NSDAP.

De 1933 à En 1931, Hugo Ferdinand Boss adhère auNSDAP. De 1933 à la fin de laSeconde Guerre mondiale en1945, la société Hugo Boss contribue à la confection des uniformes militaires duTroisième Reich, notamment ceux des SS, desJeunesses hitlériennes et de laWehrmacht. Pour assurer sa production, elle a recours à de la main-d’œuvre de travailleurs forcés, français et polonais pour la plupart, ainsi qu’à des déportés en camps de concentration.

L’entreprise de Hugo F. Boss compte 324 ouvriers en1944.

Hugo Boss started his clothing company in 1924 in Metzingen. His company was supplier for Nazi uniforms since 1924. Hugo Boss was one of the firms contracted by the Nazis to design the black SS uniforms along with the brown SA shirts, and the Hitler Youth uniforms.:

Hugo Boss started his clothing company in 1924 in Metzingen.

His company was supplier for Nazi uniforms since 1924.

Hugo Boss was one of the firms contracted by the Nazis to design the black SS uniforms along with the brown SA shirts, and the Hitler Youth uniforms.

————————————–

Dès 1931, Hugo Ferdinand Boss adhère au Parti nazi et devient « Förderndes Mitglied der SS »7.

De 1931 à la fin de laSeconde Guerre mondiale en 1945, Hugo Boss contribue à la production des uniformes militaires du Troisième Reich, tout d’abord pour la première milice d’Hitler les chemises brunes puis ceux des SS, desJeunesses hitlériennes et de laWehrmacht.

Bien qu’il ait affirmé dans une publicité des années trente avoir été fournisseur d’uniformes nazis depuis 1924, ces fournitures ne sont probables, selon Elisabeth Timm, qu’à partir de 1928/1929 et certaines qu’à compter de 1934, quand il en devient fournisseur officiel

Ses ventes augmentent, entre 1932 et 1941, de38 260 RM à plus de3 300 000 RM, ses profits passant dans la même période de 5 000 RM à to241 000 RM

Pour faire face à la demande durant les dernières années de la guerre, Hugo Boss emploie 30 à 40 prisonniers de guerre et environ

150 travailleurs forcés, en provenance des états baltes, de Belgique, de France, d’Italie, d’Autriche, de Pologne, de Tchécoslovaquie et d’URSS7

Selon l’historien allemand Henning Kober, les dirigeants de la société étaient des« nazis déclarés », « les Boss étaient tous de grands admirateurs d’Adolf Hitler » et Hugo Boss lui-même avait dans son appartement en 1945 une photographie de lui-même avec Hitler prise dans la résidence d’Obersalzbergde ce dernier.

L’entreprise de Hugo F. Boss compte 324 ouvriers en 1944.

Après la guerre, Hugo Ferdinand Boss est déclaré « opportuniste du Troisième Reich », reçoit une « très lourde amende » de100 000 marks et est privé de ses droits civique.

À sa mort en 1948, la société passe aux mains de son gendre Eugen Holy.

Après la guerre, Hugo Ferdinand Boss est déclaré « opportuniste du Troisième Reich », reçoit une lourde amende de 80 000 marks et est privé de ses droits civiques.

Après la révélation du passé nazi du couturier par leWashington Post en 1997, le groupe a commandé à une historienne, Elisabeth Timm, une étude sur les activités de la firme à l’époque nazie.

En 2000, la société Hugo Boss a accepté de verse une somme de 500 000 livres sterlings au Fonds d’indemnisation des anciens travailleurs forcés, en compensation du travail effectué pendant la Seconde guerre mondiale.

Pendant la seconde guerre mondiale, la société Hugo Boss a contribué à la confection des uniformes militaires allemand, notamment ceux des SS.

Si ce n’est un secret pour personne, on a longtemps cru que c’était par obligation, que la société n’avait « pas le choix ». Or, un document, récemment publié par la marque, montre le contraire.

Hugo Ferdinand Boss, le fondateur de la marque, n’aurait pas rejoint le NSDAP (le parti Nazi) par contrainte mais par choix, parce qu’il adhérait à son idéologie. Le fait que les Nazis lui aient commandé des uniformes n’aurait en rien changé ses choix politiques. Ce document met également en lumière l’exploitation par la société de nombreux ouvriers, principalement des femmes polonaises et certains prisonniers de guerre français, qui travaillaient de force, étaient sous alimentés et logés sur place dans des conditions d’hygiène et de confort déplorables.

Afficher l'image d'origine

L’usine, qui servait à fabriquer les uniformes, était gérée avec l’aide active de la Gestapo.

Si Hugo Ferdinand Boss n’a pas été directement impliqué dans la maltraitance de ces ouvriers, la marque a reconnu qu’il n’avait rien fait pour l’empêcher. Après la guerre, Hugo Ferdinand Boss est déclaré « opportuniste du Troisième Reich », reçoit une lourde amende de 80 000 marks et est privé de ses droits civiques. À sa mort en 1948, la société passe aux mains de son gendre Eugen Holy.

Après la révélation du passé nazi du couturier par le Washington Post en 1997, le groupe a commandé à une historienne, Elisabeth Timm, une étude sur les activités de la firme à l’époque nazie.

En 2000, la société Hugo Boss a accepté de verser une somme de 500 000 livres sterlings au Fonds d’indemnisation des anciens travailleurs forcés, en compensation du travail effectué pendant la Seconde Guerre mondiale.

Source :

http://1945babyboom.eklablog.com/hugo-boss-a126419804

S’il y a un schéma récurrent dans toutes les agressions envers les athées, c’est celui de l’association entre l’athéisme et Hitler le génocideur, le point Godwin ultime.

Manque de bol pour les chrétiens, Adolf Hitler était catholique, baptisé et très croyant. Cet article va le démontrer.

Hitler qui sort d'une église :

Hitler qui sort d’une église : « une petite confession et ça repart »

Biographie

Adolf Hitler naît en 1889 à Braunau am Inn, une petite ville de Haute-Autriche près de la frontière austro-allemande ; il est baptisé deux jours plus tard à l’église de Braunau

Il le dit lui-même !

Un fait que les chrétiens ne veulent pas voir, Hitler se définit lui-même comme chrétien. Dans ses discours & dans son livre, Hitler se déclare chrétien, catholique et il fait de nombreuses références christiques.

« En tant que chrétien, mon sentiment me désigne mon Seigneur et mon Sauveur comme un combattant. »( Adolf Hitler, Discours 12 Avril 1922, Munich)

« Gott mit Uns »

Ou « Dieu avec nous » est la devise de la Wehrmacht depuis le XVIII siècle. Elle figure en gros sur la boucle de ceinture des uniformes de l’armée allemande. Que fait le soi-disant athée Hitler quand il arrive au pouvoir ? Il conserve la devise et l’agrémente d’une svastika.

La svastika prouve qu'il s'agit de la version nazie du

La svastika prouve qu’il s’agit de la version nazie du « Gott mit Uns »

Interdiction des mouvements athées

En bon croyant, Hitler interdit toutes les organisations promouvant l’athéisme ou la libre pensée. Dans un discours en 1933, il affirme avoir éliminé l’athéisme en Allemagne.

La même année, la « Ligue Allemande des Libres Penseurs » (‘Deutscher Freidenkerbund’), une organisation qui milite pour une Allemagne laïque, est bannie alors qu’elle existait depuis un demi-siècle. Comble du cynisme, les locaux de l’organisation sont même réutilisés pour conseiller le public sur les questions religieuses.

Un bon SS est un SS croyant

Heinrich Himmler interdit aux athées d’entrer dans la SS. Il déclare même à ses troupes :

« Nous croyons en un Dieu Tout-Puissant qui se tient au-dessus de nous, il a créé la terre, la patrie, et le Volk (peuple), et il nous a envoyé le Führer. Tout être humain qui ne croit pas en Dieu doit être considéré comme arrogant, mégalomaniaque et stupide et donc pas adapté pour les SS. »(Heinrich Himmler)

« Approuvé par le Pape »

Est-ce que le Vatican trouve à redire au soi-disant athéisme d’Hitler ? Bien sûr que non. Le Vatican signe même une convention avec l’Allemagne nazie en 1933.

Les négociations se déroulent très rapidement. Le 20 juillet, la convention est signée. Von Papen y voit une grande victoire contre le bolchévisme ; Pie XI un accord « inattendu et inespéré » (M. Agostino), évitant un nouveau Kulturkampf. Si le Zentrum disparaît, l’Église catholique romaine est reconnue pour la première fois dans l’ensemble du Reich ; les associations, les œuvres de jeunesse, l’école confessionnelle se voient accorder des garanties ; les biens confisqués sont restitués.

« La conclusion du concordat me paraît apporter la garantie suffisante que les citoyens du Reich de confession catholique se mettront dorénavant sans réserve au service du nouvel État national-socialiste. » déclarera Adolf Hitler

Avouez que pour un régime soi-disant athée, ça la fout mal…

« Ach, fous détestez les juifs ? Za tombe bien nous auzzi ! »

Un prétendu paganisme

Certains chrétiens malhonnêtes prétendent aussi que l’antisémite Hitler vénérait d’autres dieux, du type Wotan/Odin ou Donner/Thor ou que sais-je. S’il est établi que son proche entourage (Himmler particulièrement) était empreint d’un « mysticisme nazi » créé de toute pièce à partir de lambeaux de mythologie germanique, Hitler s’est toujours distancé de ces excentricités.

Il préférait prêcher un « christianisme positif », dont il serait le chef spirituel, comme tout bon dictateur.

Un terreau favorable

Mais l’Allemagne nazie de 1933 n’est catholique qu’à 30%. La majorité est protestante luthérienne. Cette majorité est facile à convaincre grâce à l’antisémitisme du NSDAP. En effet, le réformateur et fondateur du Luthéranisme, Martin Luther, était un antisémite notoire. Il avait recommandé un plan en huit points pour se débarrasser des Juifs, soit par leur conversion, soit par leur expulsion. Avec 50% de luthériens sur place, les idées nauséabondes d’Hitler vont faire fureur. Exemple :

« Tout d’abord, mettre le feu à leurs synagogues ou écoles et enterrer ou couvrir de saleté tout ce qui ne brûlera pas, de façon que personne ne puisse jamais revoir une de leurs pierres ou leur cendre… »(Martin Luther – 1543)

Comparatif des doctrines

Nazisme Christianisme
Interdiction formelle des génocides

Hosea 13:16

Liberté de l’orientation sexuelle

Levitique 20:13

Abolition de l’esclavage

Levitique 25:44

Tolérance religieuse envers le judaïsme

Jean 8:44

Tolérance de l’athéisme

2 Chron 15:13

Égalité des genres

Colossiens 3:18

Invention du moteur fusée

réservé à Jésus

Gagnant : Nazisme

Conclusion

Après ces preuves, qu’on ne vienne plus vous cracher au visage que l’athéisme rime avec nazisme.

En fait, le nazisme a beaucoup de point de commun avec le christianisme, à commencer par son amour pour les génocides et sa haine des juifs.

Sources

Extraits de discours du dictateur Hitler https://fr.wikiquote.org/wiki/Adolf_Hitler

Le concordat de 1933 entre l’Allemagne nazie et le Vatican https://fr.wikipedia.org/wiki/Concordat_du_20_juillet_1933

Le christianisme positif prêché par l’antisémite Hitler https://fr.wikipedia.org/wiki/Christianisme_positif

Les discriminations envers les athées pendant l’Allemagne nazie https://en.wikipedia.org/wiki/Discrimination_against_atheists#Nazi_Germany

La ligue allemande des libres-penseurs bannie par Hitler https://fr.wikipedia.org/wiki/Ligue_allemande_des_libres-penseurs

L’antisémitisme de Martin Luther https://fr.wikipedia.org/wiki/Des_Juifs_et_de_leurs_mensonges#Citations

Jésus qui s’adresse aux juifs en leur reprochant de vénérer le diable http://saintebible.com/john/8-44.htm

Source :

http://antiobscurantisme.over-blog.com/le-tres-catholique-hitler.html

Adolf Hitler ne sort pas du lot avec son idéologie raciste. Il va sans sans dire que l’idéologie nazie se base sur l’inégalité des races .

La race supérieure , blanche s’entend, est une idéologie du 19ème et de la première moitié du 20ème siècle utilisée notamment pour justifier l’expansion coloniale des États européens dont l’Angleterre, la France , l’Allemagne et, plus tard les États-Unis , ont en été les chantres.

En conséquence, on peut affirmer que cette idéologie est commune à ces pays et non seulement à l’Allemagne nazie. Les déclarations de Charles de Gaulle en font foi :
« Pour moi j’ai, de tous temps, mais aujourd’hui plus que jamais, ressenti ce qu’ont en commun les nations qui la peuplent [l’Europe]. Toutes étant de même race blanche, de même origine chrétienne, de même manière de vivre, liées entre elles depuis toujours par d’innombrables relations de pensée, d’art, de science, de politique, de commerce, il est conforme à leur nature qu’elles en viennent à former un tout, ayant au milieu du monde son caractère et son organisation. » (Mémoires d’espoir : 1, Le Renouveau, 1958-1962, Charles de Gaulle, éd. Plon, 1970, p. 181-182).
Ces propos sont repris de temps en temps par certaines élites françaises et autres néonazis comme la députée européenne Nadine Morano le 26/09/2015 sur le plateau de l’émission « On n’est pas couché » sur France 2 en déclarant : « Nous sommes un pays judéo-chrétien. Le général de Gaulle le disait, de race blanche, qui accueille des personnes étrangères. »
En scrutant l’histoire un peu plus loin, on peut lire cette déclaration de Jules Ferry ,le chantre de l’école française, à la Chambre des Députés française le 28 juillet 1885, sur l’éloge de la supériorité de la race blanche : « Il y a pour les races supérieures un droit, parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures ». Ce Jules Ferry est idolâtré comme l’incarnation des valeurs de la République Française. Pour rappel, pour inaugurer son mandat, François Hollande lui avait rendu hommage le 15 mai 2012. C’est tout dire !

Pour conclure, l’Europe ne s’est jamais départie complètement de son idéologie raciste. Devinez qui fut concepteur de cette Union Européenne tant louée ? Un nazi du nom de Walter Hallstein(1) qui en fut le premier Secrétaire Général !

Screenshot_20180526-022344

(1) Voir article :

https://lesbrindherbes.org/2016/05/25/nazi-devenu-president-de-commission-europeenne-preuve/

Voici quelques citations de célébrités reconnues sur le christianisme :

1- Voltaire accuse et attaque le christianisme qu’il considère comme « la plus ridicule, la plus absurde et la plus sanglante religion qui ait jamais infecté le monde. » (Lettre à Frédéric II, roi de Prusse, datée du 5 janvier 1767).

2- Jean Jaurès : « Nous combattons l’Église et le christianisme parce qu’ils sont la négation du droit humain et renferment un principe d’asservissement humain. »(Jean Jaurès, 3 mars 1904, à Paris, Chambre des députés, dans Histoire des catholiques français au XIXe siècle, éd. du Milieu du monde, paru en 1947, p. 389, Henri Guillemin.)

3- Nietzsche : «Le christianisme et l’alcool, les deux plus grands agents de corruption.» (L’antéchrist)

4- Jacques Sternberg ,auteur belge francophone
(1923-2006) : » L’Eglise a toujours tout fait pour soigner son image de marque tapageuse parce qu’elle sait que seuls le ridicule, le tape-à-l’oeil, le clinquant et le mauvais goût séduisent les foules. »

Ahmed Miloud

CES JUIFS QUI SE SONT BATTUS POUR HITLER

Des soldats juifs combattant du côté nazi ? Idiots ? Traîtres ? Les deux ? Avant d’en décider, peut être cela vaut-il la peine de se pencher sur leur histoire.

De 1939 à 1945, la Finlande a connu trois guerres

Salomon Klass est juif, finlandais et lieutenant : de novembre 1939 à mars 1940, il participe à la forte résistance de l’armée finlandaise contre l’invasion soviétique, ce qu’on appelle là bas, « la guerre d’Hiver »*. Sans états d’âme : son pays est attaqué, il le défend.

Klass perd un œil dans les combats que la Russie finit par emporter. Arrive juin 1941 et la situation se complique pour lui :lLa Finlande s’allie à l’Allemagne pour attaquer l’Union soviétique. Devenu capitaine, il suit le mouvement.

En mars 1942, son bataillon parvient à libérer une compagnie de soldats allemands encerclée par les Soviétiques. Les Allemands lui décernent la Croix de Fer. Ils en feront autant pour deux autres Juifs, un médecin-major et une infirmière.

Démonstration -même venant de ce côté-là- de courage et de dévouement à leur pays. Comme les autres : sur les quelques 2000 Juifs de Finlande, 300 hommes (et 40 femmes) furent mobilisés. 23 furent tués.

En fait, toute la petite communauté voulait affirmer avec force son patriotisme. Le reste de la population les considérait encore avec suspicion : n’étaient ils pas quasi tous issus de Juifs russes incorporés dans l’armée tsariste ?

Envoyés en Finlande pour y effecteur leurs 25 années ( !) de service, ils y étaient restés. Leurs descendants avaient à cœur de démontrer qu’ils étaient à présent des Finlandais à part entière, avec toutes les obligations que cela impliquait.

Y compris combattre aux côtés des soldats allemands. Situation paradoxale, unique durant cette guerre. D’autant que l’armée finlandaise accordait les mêmes droits aux croyants de toutes les religions. Les Juifs avaient donc congé le samedi et durant leurs fêtes.

Une synagogue de campagne avait été installée à moins de 2 km du front et les Allemands pouvaient voir les Juifs croyants aller prier. La Wehrmacht ne réagit jamais, pas plus qu’à l’obligation qu’avaient ses soldats de saluer un officier juif finlandais…

Mais revenons-en à la Croix de Fer de Salomon Klass. Quelques jours après son exploit, il reçut la visite de deux hauts gradés allemands : « Nous sommes ici, lui dirent-ils, afin de vous remercier pour votre courage et vous décorer au nom du Führer »

Le capitaine Klass répondit : « Je suis un Juif et un soldat de l’armée de Finlande. Jamais je n’accepterai ou ne porterai une décoration décernée par Hitler ». Les deux Allemands claquèrent des talons, firent le salut hitlérien et s’en allèrent.

« Nous n’avons pas de question juive ici »

Le médecin-major Léo Skurnik eut une réaction similaire. En septembre 1941, il dirigeait un hôpital de campagne où, au nom de son serment d’Hippocrate, il soignait sans distinction les blessés de son régiment, le 53e d’infanterie, et ceux de la division SS qui combattait à leurs côtés.

Pris sous un puissant bombardement soviétique, il parvint à coordonner l’évacuation de son hôpital, sauvait ainsi la vie de plus de 600 soldats des deux pays. Les Allemands firent savoir à son supérieur qu’ils entendaient le décorer lui aussi de la Croix de Fer

L. Skurnik suggéra à son chef de leur signaler qu’il était juif. Ce qui ne découragea nullement les nazis. Le médecin lui expliqua alors, en termes vigoureux, en quel lieu il estimait que les nazis pouvaient placer leur breloque et il n’en entendit plus parler.

L’infirmière Dina Poljakoff, récompensée pour la qualité de ses soins, refusa de même, quoiqu’avec davantage de courtoisie. A noter que, d’une façon générale et ce malgré les pressantes demandes nazies, le gouvernement finlandais, n’accepta aucune mesure antijuive.

Il n’y eut pas de lois antisémites ni d’étoile jaune. Et lorsqu’en aout 1942, le Reichsfüher- SS Heinrich Himmler proposa au 1er ministre finlandais, Jukka Rangell de « régler la question juive » en lui livrant la petite communauté, il se fit sèchement rembarrer par un :

« Nous n’avons pas de question juive ici ». Même rebuffade lorsque Himmler tenta de faire pression sur le commandant en chef de l’armée, le Maréchal Mannerheim : « Tant qu’un Juif portera le même uniforme que moi, vous ne toucherez à aucun Juif de mon pays »

Les autorités finlandaises furent cependant moins bienveillantes envers les quelques 500 réfugiés juifs qui se trouvaient sur leur sol au début de la guerre de Continuation. Elles envoyèrent les hommes dans des camps de travail, dans le nord glacial du pays.

Mais, lorsqu’en octobre 1942, un fonctionnaire pronazi livra 8 réfugiés aux Allemands. (7 moururent à Auschwitz), le tollé fut tel dans tout le pays que le drame ne se répéta jamais. Mi- 1944, les réfugiés furent discrètement envoyés en Suède où ils ne risquaient rien.

Il n’empêche que, la guerre finie et les crimes nazis tout à fait révélés, l’opprobre tomba sur les soldats juifs qui avaient combattus avec Hitler. Ainsi, une délégation d’entre eux fut elle expulsée lors d’une réunion d’anciens combattants à Tel Aviv en 1946.

Mais, jusqu’à aujourd’hui, les « traîtres » estiment qu’ils n’ont fait que leur devoir : « nous avons été enrôlés comme les autres citoyens de notre âge et en tant que soldats de l’armée de Finlande, nous avons défendu notre pays »

Et de préciser : « Nous n’avons pas aidé les Allemands. Eux menaient une guerre de conquête, nous, une guerre d’auto-défense. Nous avions un ennemi commun, les Russes, c’est tout ». A l’époque, comme pour tous ceux qui pratiquaient la « politique du moindre mal », le raisonnement pouvait avoir un semblant de cohérence.

Sauf qu’il ne prenait pas en compte une donnée essentielle : aider, de quelque façon que ce soit les nazis, c’était participer à la destruction programmée du peuple juif. Les courageux soldats juifs finlandais pouvaient-ils l’ignorer ?

* De 1939 à 1945, la Finlande connut trois guerres :

-La « guerre d’Hiver » (nov. 39- mars 40) lorsqu’elle est attaquée par l’Urss et perd la région stratégique de Carélie

-La « guerre de Continuation » (juin 41- sept. 44) : la Finlande s’allie à l’Allemagne contre l’Urss pour reconquérir ses territoires perdus

-La « guerre de Laponie » (sept. 44 – avril 1945) : après avoir signé un armistice avec l’Union soviétique, la Finlande se retourne contre l’Allemagne.

Source :
http://www.cclj.be/actu/politique-societe/ces-juifs-qui-se-sont-battus-pour-hitler

Ahmed Miloud
2019-01-31_21-56-27-684

Publié par ahmedmiloud

Retraité aime internet,débats,culture."La religion agréée par Allah,Le Dieu Unique, est l'Islam". Tout d'abord bienvenue sur mon blog. Vous y trouverez différents sujets qui pourraient vous intéresser, des réponses à certaines questions existentielles et surtout certaines choses qu'on essaie de vous cacher . Osez crier votre vérité même si elle blesse et ne courbez pas l'échine devant l'adversité. Ma devise : "Le mensonge finit toujours par se briser sur le mur de la vérité."(Ahmed Miloud)

12 commentaires sur « Adolf Hitler, le chrétien nazi et ces Juifs qui se sont battus pour lui »

  1. C’est tout à fait faux : les nazis persecutaient le christianisme. Lisez par exemple le livre Le Tunnel de Lacaze . Ils ont recruté des musulmans dans la SS et invité le grand multi de Jérusalem

    J’aime

  2. C’est tout à fait faux : les nazis persecutaient le christianisme. Lisez par exemple le livre Le Tunnel de Lacaze . Ils ont rechruté des musulmans dans la SS et invité le grand multi de Jérusalem

    J’aime

    1. Hitler était chrétien comme il l’affirme lui-même dans son livre éponyme « Mein Kampf » (Mon Combat):
      » En tant que chrétien, mon sentiment me désigne mon Seigneur et mon Sauveur comme un combattant. Il m’indique l’homme qui autrefois dans la solitude, entouré de quelques disciples, a reconnu ces juifs pour ce qu’ils étaient, et sommé les hommes de se battre contre eux, et qui, vérité de Dieu ! était le plus grand, pas en tant que souffrant, mais comme combattant. Dans un amour sans limite en tant que chrétien et en tant qu’homme, je lis dans le passage qui nous dit comment enfin le seigneur s’est levé dans Sa puissance et s’est emparé du fouet pour chasser du Temple l’engeance de vipères et de calculateurs. Comme il était terrible, Son combat pour le monde contre le poison juif ! Aujourd’hui, deux mille ans plus tard, c’est avec la plus grande émotion que je reconnais plus profondément que jamais auparavant que c’était pour cela qu’Il a dû verser son sang sur la Croix. En tant que chrétien, je n’ai pas le droit de me laisser berner. »
      (Adolf Hitler, Discours 12 Avril 1922, Munich)

      J’aime

  3. Écoute, moi aussi je suis athée, mais contrairement à toi je sais que tous les chrétiens ne sont pas des suprémacistes blancs.
    Je trouve scandaleux ce que tu as écrit là. Tu ne peux pas dire que les chrétiens sont tous des nazis. Ça prouve que tu as l’esprit aussi fermé que n’importe quel suprémaciste blanc. Tu n’es visiblement pas au courant que beaucoup de chrétiens ont lutté contre le nazisme.
    Il ne suffit pas d’être croyant pour être un extrémiste ivre de haine et de mensonges, comme toi. Tu dois prendre du recul.
    Être athée n’interdit pas de porter un cerveau. 😉

    J’aime

    1. Je ne vise pas les athées mais ceux qui disent qu’Hitler était un athée pour ne pas le lier au christianisme. Je n’ai pas dit que les chrétiens étaient des nazis mais si tu lis la bible, tu vas être surpris.

      J’aime

      1. Primo : j’ai lu la Bible, surtout le Nouveau Testament, en prenant bien du recul. Et je n’ai pas trouvé un seul passage où Dieu exige par l’intermédiaire du Christ à devenir nazi. D’où ma question : es-tu sûr d’avoir bien lu la Bible ? Si oui, quel genre de Bible as-tu lu ?

        Deuxio : si tu n’es pas athée, alors tu es quoi ?

        J’aime

      2. Luc 19:27 ►
        Louis Segond Bible
        Au reste, amenez ici mes ennemis, qui n’ont pas voulu que je régnasse sur eux, et tuez-les en ma présence.

        ◄ Genèse 9:27 ►
        Louis Segond Bible
        Que Dieu étende les possessions de Japhet, qu’il habite dans les tentes de Sem, et que Canaan soit leur esclave!

        Hitler s’est inspiré de la bible pour propager son idéologie de la race aryenne (suprématie blanche). Autrement dit le nazisme est né à partir de la bible.  Voir plus :
        https://dzmewordpress.wordpress.com/2017/10/28/la-biblelivre-saint/

        J’aime

      3. 🤣 🤣 🤣 🤣 😂 😂 😂 😂
        Ta première citation vient d’une parabole de Jésus qui ne fait que raconter l’histoire d’un personnage fictif très dur, alors que lui prêchait la non-violence.
        La deuxième, Noé qui maudit un de ses fils qui l’a offensé. Une malédiction qui a été prononcé par lui, et non par Dieu.

        Absolument rien à voir !
        Tu ne prends décidément aucun recul.

        Certes, ces enfoirés de nazis ont détourné le Christianisme à leur profit. Et alors ? C’est pas ça le vraie visage du Christianisme. La vraie sagesse de cette religion se trouve dans les textes anciens.
        Mon pauvre gars. Même si je ne crois pas en Dieu, j’espère que celui-ci te pardonnera.
        Ravi d’avoir discuter avec toi.
        Bye amigo !

        J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :