J.F.Kennedy et l’indépendance de l’Algérie

Screenshot_20190405-234410
Le président Ahmed Benbella reçu par le président US J.F.Kennedy à New-York le 15/10/1962 (capture d’écran)

Mot à dire

La guerre d’Algérie,pour l’histoire,
a ébranlé beaucoup de préjugés sur la capacité des peuples à se libérer des affres du colonialisme.
En effet, malgré 132 ans de tentative d’aliénation de l’identité du peuple algérien pour en faire un autre peuple imbu de la culture judéo-chrétienne(1), sa longue lutte a eu raison de ces velléités colonialistes.

En pleine guerre d’Algérie, alors que l’OTAN soutenait de toutes ses capacités la France dans ses efforts à juguler le désir d’indépendance des algériens par le feu et le sang, J.F.Kennedy, alors sénateur, prononça le 02/07/1957 devant le Congrès américain son fameux discours sur le droit du peuple algérien à s’émanciper du joug colonial comme il est expliqué dans l’article ci-dessous.
Screenshot_20190405-234440
Il mit l’accent sur le fait que
« cette guerre a sucé jusqu’à l’os les forces de l’OTAN », confirmant ainsi la lutte héroïque du peuple algérien.

(1) Voir article »La colonisation de l’Algérie par la France, une horreur biblique :
https://dzmewordpress.wordpress.com/2018/02/25/la-colonisation-de-lalgerie-par-la-franceune-horreur-biblique/

Vidéo du président US J.F.Kennedy félicitant le peuple algérien pour son indépendance arrachée de longue lutte :

Vidéo du président J.F.Kennedy
recevant le 15/10/1962 à New-York Ahmed Benbella,le premier président algérien de l’Algérie indépendante :

Ahmed Miloud

f7

Trois ans avant son entrée à la Maison-Blanche pour succéder au président Eisenhower, John-Fitzgerald Kennedy, alors jeune sénateur démocrate du Massachussetts, prononça le 2 juillet 1957 au Sénat, un discours en faveur de l’indépendance de l’Algérie, resté dans l’histoire.

Le site électronique Les crises.fr animé par la communauté DiaCrisis, a eu la judicieuse idée de le sortir des archives sous le titre : «L’impérialisme occidental, ennemi des libertés, par J.-F. Kennedy». Le site qualifie ce discours de «retentissant» pour sa dénonciation de la présence coloniale française en Algérie et son appel à l’indépendance de notre pays. En effet, Kennedy y décrit la faillite du colonialisme français en Algérie et plus largement dans les pays de l’Afrique du Nord. La relecture de ce discours, avec près de 60 ans de recul, est pleine d’enseignements. Le premier concerne l’implication de l’Otan dans la guerre menée par les forces coloniales françaises contre notre peuple qui était en lutte pour l’indépendance. J.-F. K. commence par affirmer que «la guerre d’Algérie, impliquant plus de 400 000 soldats français, a ôté aux forces continentales de l’Otan assez d’hommes pour les rendre squelettiques».

Il dénonce l’utilisation de l’équipement militaire américain – en particulier des hélicoptères, précise-t-il – «contre les rebelles». Le jeune sénateur relève également l’impact de la guerre sur l’Europe du fait que la France eût été contrainte d’adopter une économie de guerre avec toutes les restrictions sur ses échanges extérieurs notamment avec les Etats-Unis et avec les autres pays européens. Il fait ressortir l’impact de la guerre sur les relations américaines avec la Tunisie et le Maroc, qui étaient les bases arrière des nationalistes algériens. A ce propos, il fait remarquer que «sur chaque vote aux Nations unies sur les questions du Maroc et de la Tunisie, nous avons échoué à voter contre les Français et pas même une fois avec les nations dites anticolonialistes d’Asie et d’Afrique». Il avertit les Etats-Unis sur la mise en danger de «l’existence des bases aériennes américaines stratégiques» et sur la menace sur «les avantages géographiques acquis au détriment de la zone d’influence communiste». Pour Kennedy, aucune question de politique étrangère n’a été autant négligée par son pays que celle de la guerre d’Algérie. «Il est donc temps, lança-t-il, que l’on prenne en main le véritable problème qui nous est posé en Algérie – problème qui ne peut plus être évité ni par les Nations unies ni par l’Otan». Il pensait que «le nœud du problème est que, bien que la France affirme, d’une part, que l’Algérie fait partie intégrante de la France métropolitaine, les Français n’ont jamais vraiment reconnu les Algériens en tant que citoyens français». Et il ajouta que «l’égalité du droit de vote n’a pas été donnée à l’ensemble de la population algérienne de plus de huit millions». Il voulut que les Etats-Unis s’engagent en faveur de l’indépendance de l’Algérie et déposa, dans ce sens, un projet de résolution devant le Sénat américain qu’il conclut ainsi : «Si aucun progrès substantiel n’a été noté lors de la prochaine session de l’Assemblée générale des Nations unies, les Etats-Unis soutiendront un effort international pour obtenir pour l’Algérie la base de la réalisation de l’indépendance.» Ce discours prononcé un 2 juillet, «à quelques jours de l’anniversaire de l’indépendance des Etats-Unis», comme il le souligna, permit à Kennedy de faire constater que sur la question algérienne, «on ne pouvait considérer avec fierté le bilan américain».

Source ;

Quand John-Fitzgerald Kennedy décrivait la faillite du colonialisme français en Algérie

f7

Autre article sur le sujet :

Introduction

Le premier intérêt porté par les États-Unis à l’égard de l’Algérie revient à l’été 1940. En effet, la relation Algérie-France ainsi que la relation Algérie-reste du monde deviennent « d’une importance majeure pour les États-Unis après la défaite de la France métropolitaine face aux forces de l’Axe et après l’armistice dégradant signé dès l’été de 1940 » [1]. Bien entendu, l’intérêt de l’Algérie découle de l’importance géographique de ce pays, ainsi que de celle du reste du Maghreb : le Maroc et la Tunisie, pour les États-Unis dans la guerre.

Suite de l’article :

https://www.cairn.info/revue-guerres-mondiales-et-conflits-contemporains-2006-4-page-135.htm

Vidéo sur la ville d’El Kader baptisée ainsi en l’honneur de l’Emir Abdelkader Al Djazaïri qui a farouchement combattu la France coloniale depuis 1830 à 1945 :

Publié par ahmedmiloud

Retraité aime internet,débats,culture."La religion agréée par Allah,Le Dieu Unique, est l'Islam". Tout d'abord bienvenue sur mon blog. Vous y trouverez différents sujets qui pourraient vous intéresser, des réponses à certaines questions existentielles et surtout certaines choses qu'on essaie de vous cacher . Osez crier votre vérité même si elle blesse et ne courbez pas l'échine devant l'adversité. Ma devise : "Le mensonge finit toujours par se briser sur le mur de la vérité."(Ahmed Miloud)

Un avis sur « J.F.Kennedy et l’indépendance de l’Algérie »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :