Chine. Les femmes systématiquement violées et torturées dans les camps de «rééducation» pour Ouïghours

Les groupes de défense des droits humains affirment que le gouvernement chinois a progressivement supprimé les libertés religieuses et autres des Ouïghours, aboutissant à un système oppressif de surveillance de masse, de détention, d’endoctrinement et même de stérilisation forcée .

La politique découle du président chinois, Xi Jinping, qui s’est rendu au Xinjiang en 2014 à la suite d’une attaque terroriste perpétrée par des séparatistes ouïghours. Peu de temps après, selon des documents divulgués au New York Times, il a ordonné aux autorités locales de répondre « sans aucune pitié ». Le gouvernement américain a déclaré le mois dernier que les actions de la Chine constituaient depuis un génocide. La Chine affirme que les rapports de détention de masse et de stérilisation forcée sont « des mensonges et des allégations absurdes ».

Les témoignages de première main à l’intérieur des camps d’internement sont rares, mais plusieurs anciens détenus et un gardien ont déclaré à la BBC qu’ils avaient subi ou vu des preuves d’un système organisé de viols massifs, d’abus sexuels et de torture.

Tursunay Ziawudun, qui a fui le Xinjiang après sa libération et se trouve maintenant aux États-Unis, a déclaré que les femmes étaient retirées des cellules «chaque nuit» et violées par un ou plusieurs Chinois masqués. Elle a déclaré avoir été torturée puis violée en groupe à trois reprises, à chaque fois par deux ou trois hommes.

Ziawudun s’est déjà entretenue avec les médias, mais uniquement depuis le Kazakhstan, où elle « vivait dans la peur constante d’être renvoyée en Chine », a-t-elle déclaré. Elle a dit qu’elle croyait que si elle révélait l’étendue des abus sexuels qu’elle avait subis et qu’elle avait vus, et était renvoyée au Xinjiang, elle serait punie plus durement qu’auparavant. Et elle avait honte, dit-elle.

BBC
TZ
Tursunay Ziawudun a pu fuir au Kazakhstan, puis aux États-Unis
BBC

Il est impossible de vérifier complètement le récit de Ziawudun en raison des sévères restrictions que la Chine impose aux journalistes dans le pays, mais les documents de voyage et les dossiers d’immigration qu’elle a fournis à la BBC corroborent la chronologie de son histoire. Ses descriptions du camp dans le comté de Xinyuan – connu en Ouïghour sous le nom de comté de Kunes – correspondent à des images satellite analysées par la BBC, et ses descriptions de la vie quotidienne à l’intérieur du camp, ainsi que la nature et les méthodes de l’abus, correspondent à d’autres récits de anciens détenus.

Lire plus :

https://www.bbc.com/news/world-asia-china-55794071

Publié par ahmedmiloud

Retraité aime internet,débats,culture."La religion agréée par Allah,Le Dieu Unique, est l'Islam". Tout d'abord bienvenue sur mon blog. Vous y trouverez différents sujets qui pourraient vous intéresser, des réponses à certaines questions existentielles et surtout certaines choses qu'on essaie de vous cacher . Osez crier votre vérité même si elle blesse et ne courbez pas l'échine devant l'adversité. Ma devise : "Le mensonge finit toujours par se briser sur le mur de la vérité."(Ahmed Miloud)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :