La théorie du Complot

Depuis vingt ans, trente ans peut-être, le monde occidental glisse dans la léthargie, la vacuité, le conformisme. Poussé au repli sur soi par un mélange de découragement, de névrose narcissiste et de paresse au monde, l’homme fatigué d’Alain Ehrenberg se contente d’alterner travail, repos et divertissement sans penser au passé – qui ne le concerne plus – ni tellement à l’avenir, qu’on lui annonce lugubre. À mesure que le monde s’ouvre et abolit ses frontières, il se referme en lui-même et construit sa vie comme on construit un tunnel, étanche à l’imprévu, à l’inutile, à autrui. Dans une société qui a cessé de faire corps, le moi décomplexé s’est émancipé des anciennes allégeances : religion, terroir, famille, classe sociale, obédience politique. L’autre est en trop s’il n’est pas strictement nécessaire, et le réel de substitution offert par Internet, Netflix et la télévision s’est imposé aux nouvelles générations comme l’écosystème de référence, le refuge idéal des aventuriers du nouveau monde. Atomisation. Individualisme. Dédain du monde et mise à distance du réel. Tout cela sera bien utile quand il s’agira de bâillonner les populations et de les astreindre à résidence sous couvert d’altruisme. « Tant d’hommes fatigués, écrit Ehrenberg en 1998, ne peuvent qu’imaginer des problèmes futurs auxquels ils n’auront pas le force de réagir ».

Depuis les années 1960, le monde occidental avait déjà basculé dans ce que Guy Debord avait nommé la société du spectacle. L’homme dit civilisé, délivré des guerres, de l’ignorance et du malheur, se fait peur au cinéma, frissonne sur son canapé, s’indigne devant le JT, se divertit à toute heure du jour et de la nuit et socialise à distance avec une humanité de remplacement plus fréquentable et divertissante que ses voisins de palier qu’il ne cherche même plus à connaître. « L’unification [qu’opèrent les écrans et la télévision] n’est rien d’autre que le langage officiel de la séparation généralisée », écrira Guy Debord en 1967. Et de fait, l’aliénation aux écrans et à la réalité renversée offerte par les médias, les films et la publicité prépare l’adhésion hypnotique au discours dominant en enfermant chacun dans sa bulle de bien-être. Dans ce monde renversé, « le vrai est un moment du faux » ; les mensonges, les raccourcis et les exagérations médiatiques, relais de la doxa et des intérêts oligarchiques du moment, colonisent l’espace mental et habituent l’ancien acteur du monde, devenu simple spectateur, à souscrire à une réalité lointaine et invérifiable : « Là où le monde réel se change en simples images, les simples images deviennent des êtres réels et les motivations efficientes d’un comportement hypnotique ». L’individu éveillé et émancipé que croît être le nouvel homme occidental n’est qu’un somnambule qui s’ignore, à la merci des faiseurs de rêves et de cauchemars qui détiennent ce que Guy Debord appelle le monopole de l’apparence  :

« À mesure que la nécessité se trouve socialement rêvée, le rêve devient nécessaire. Le spectacle est le mauvais rêve de la société moderne enchaînée, qui n’exprime finalement que son désir de dormir. Le spectacle est le gardien de ce sommeil ».

Article complet à lire ici :

https://reseauinternational.net/la-theorie-du-complot/

Publié par ahmedmiloud

Retraité aime internet,débats,culture."La religion agréée par Allah,Le Dieu Unique, est l'Islam". Tout d'abord bienvenue sur mon blog. Vous y trouverez différents sujets qui pourraient vous intéresser, des réponses à certaines questions existentielles et surtout certaines choses qu'on essaie de vous cacher . Osez crier votre vérité même si elle blesse et ne courbez pas l'échine devant l'adversité. Ma devise : "Le mensonge finit toujours par se briser sur le mur de la vérité."(Ahmed Miloud)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :