Crimes coloniaux : la carte mondiale de la justice

De la Nouvelle-Zélande à la France, du Canada à l’Allemagne, de la Suède aux Pays-Bas, le passé colonial revient au-devant de la scène. Excuses officielles, demandes de réparations et de restitution de patrimoine, commissions vérité : l’arsenal de la justice transitionnelle peut-il traiter les crimes coloniaux et leurs conséquences sur le monde d’aujourd’hui ?

« Ne nous présentons pas comme une bande de mendiants qui viennent demander réparation. […] Je pense que les Européens ont des devoirs envers nous, comme à l’égard de tous les malheureux, mais plus encore à notre égard pour des maux dont ils sont la cause. C’est cela que j’appelle réparation. » Ces mots d’Aimé Césaire, l’illustre auteur martiniquais du « Discours sur le colonialisme », résonnent encore de manière vibrante partout dans le monde, 71 ans après leur publication.

70 % de la population mondiale est concernée, soit en tant que citoyen d’un pays colonisateur soit en tant que colonisé, selon le professeur d’histoire français Bouda Etemad, auteur du livre « Crimes et réparations, l’Occident face à son passé colonial ». Les colonisés et leurs descendants, écrit-il, sont en droit de demander réparation aux puissances européennes pour les torts qu’elles ont commis en tant qu’États sur une période de cinq cents ans – de la « découverte » de l’Amérique par Christophe Colomb jusqu’aux indépendances de la deuxième partie du XXe siècle. Travaux forcés, esclavage, persécutions, exécutions, exterminations, bombardements, pillages, assimilation culturelle forcée : rien n’a manqué dans la panoplie des violences accompagnant la colonisation en Afrique, au Proche-Orient, en Asie, aux Amériques, en Océanie, et en Europe du Nord.

Notre dossier spécial se concentre principalement sur la période dite de « deuxième empire colonial » qui marque, à partir de 1815, le nouvel élan expansionniste des puissances occidentales jusqu’aux indépendances des années 1960-70.

La colonisation, « un crime contre l’humanité »

En France, quand Emmanuel Macron, alors candidat à l’élection présidentielle, déclare, le 14 février 2017 à Alger, que la colonisation « est un crime contre l’humanité, c’est une vraie barbarie et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face en présentant aussi nos excuses à l’égard de celles et ceux envers lesquels nous avons commis ces gestes », il suscite le courroux de la droite et de l’extrême droite, qui l’accusent de salir ou de trahir son pays.

Incarnation du patriotisme français, l’homme politique Georges Clémenceau, surnommé « le Tigre » pour ses colères terribles d’opposant puis pour sa force de caractère comme chef de gouvernement à la fin de la Première guerre mondiale, a pourtant déjà tout dit il y a cent trente ans. Le 28 juillet 1885, alors que les puissances européennes se partagent l’Afrique, son adversaire politique Jules Ferry invoque devant les députés le « devoir » des « races supérieures » de « civiliser les races inférieures ». Clémenceau lui répond : « Races supérieures ! Races inférieures ! (…) Regardez l’histoire de la conquête de ces peuples que vous dites barbares et vous y verrez la violence, tous les crimes déchaînés, l’oppression, le sang coulant à flots, le faible opprimé, tyrannisé par le vainqueur ! Voilà l’histoire de votre civilisation ! (…) Combien de crimes atroces, effroyables ont été commis au nom de la justice et de la civilisation. Je ne dis rien des vices que l’Européen apporte avec lui : de l’alcool, de l’opium qu’il répand, qu’il impose s’il lui plaît. Et c’est un pareil système que vous essayez de justifier en France dans la patrie des droits de l’homme ! »

Et Clémenceau de fustiger le phénomène colonial sans détours  : « La conquête que vous préconisez, c’est l’abus pur et simple de la force que donne la civilisation scientifique sur les civilisations rudimentaires pour s’approprier l’homme, le torturer, en extraire toute la force qui est en lui au profit du prétendu civilisateur. Ce n’est pas le droit, c’en est la négation. »

Suite de l’article :

https://www.investigaction.net/fr/crimes-coloniaux-la-carte-mondiale-de-la-justice/

Publié par ahmedmiloud

Retraité aime internet,débats,culture."La religion agréée par Allah,Le Dieu Unique, est l'Islam". Tout d'abord bienvenue sur mon blog. Vous y trouverez différents sujets qui pourraient vous intéresser, des réponses à certaines questions existentielles et surtout certaines choses qu'on essaie de vous cacher . Osez crier votre vérité même si elle blesse et ne courbez pas l'échine devant l'adversité. Ma devise : "Le mensonge finit toujours par se briser sur le mur de la vérité."(Ahmed Miloud)

Un avis sur « Crimes coloniaux : la carte mondiale de la justice »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :