Le projet satanique du nouvel ordre mondial

Mot à dire

Le projet de soumettre l’humanité à un nouvel ordre mondial imposé est le but ultime des élites judéo-maçonniques qui gouvernent l’Occident. C’est ce que l’article ci-dessous explique.

L’objectif recherché derrière la mise en œuvre de Trois Guerres Mondiales

Voici ce qu’écrivait Jean Lombard, historien chartiste, en 1984 : « Si l’on permet le déclenchement de la Troisième Guerre mondiale, la dévastation sera si considérable que les Internationalistes en arriveront à prétendre que seul un Gouvernement Mondial soutenu par une force de police internationale permettra de résoudre les différents problèmes nationaux et internationaux, rendant impossible de nouvelles guerres. Cet argument paraîtra logique à de nombreuses personnes… » (J. Lombard, La face cachée de l’histoire moderne, p. 553)

Oui, tout le plan vise cet unique objectif : imposer un Nouvel Ordre Mondial avec sa Religion Universelle… le culte de Lucifer ! Le 14 juillet 1889, Albert Pike déclarait par exemple aux 23 Suprêmes Conseils du monde (les chefs de la Franc-Maçonnerie universelle) : « La véritable et pure religion philosophique est la croyance en Lucifer ». (“The Freemason” du 19/1/1935)

Ce n’est pas tout du Plan poursuivi depuis 1871, sans résistance apparente. Le 15 août 1871, Albert Pike confia à Mazzini qu’une fois les Trois Guerres mondiales réalisées, ceux qui aspirent à mettre sur pied une « Domination Mondiale Incontestée » -un Gouvernement Mondial Planétaire- provoqueront le plus grand cataclysme social que le monde n’ait jamais connu.

« Nous allons lâcher, libérer les nihilistes et les athéistes et, nous allons provoquer un formidable cataclysme social final qui, dans toutes ses horreurs, démontrera aux nations, l’effet d’un athéisme absolu, (…) Par la suite, la multitude, désillusionnée avec la chrétienté (…) sans pourtant savoir à qui exprimer son adoration, recevra alors la vraie lumière à travers la manifestation universelle de la pure doctrine de Lucifer ».

Ahmed Miloud via :

https://dzmewordpress.wordpress.com/2018/05/02/vers-une-3-eme-guerre-mondiale/

La guerre secrète en Afrique (2ème partie)

par Steve Brown.

Les grandes puissances ont leurs « États clients » pour assurer l’extraction des ressources, alors que cette extraction entraîne la corruption, les conflits, l’agression armée et même le soutien aux organisations terroristes dans ces États.

La guerre secrète en Afrique (partie 1) couvrait la prédominance stratégique globale des bases militaires US/OTAN – certaines secrètes – en Afrique, et l’expansion des Sociétés Militaires Privés (SMP) en Afrique au profit des intérêts des entreprises et nationaux selon les grandes puissances.

Dans la deuxième partie, nous examinerons les associations géopolitiques en Afrique qui varient selon les nations, où les grandes puissances ont un intérêt direct dans une ressource particulière, amenant cette grande puissance à adopter une attitude agressive pour « protéger » ses intérêts nationaux en dominant ou en renversant l’État africain qui possède cette ressource.

Ces ressources sont généralement le gaz naturel, le pétrole, l’or, les diamants, l’argent, l’uranium, le charbon, les éléments des terres rares et les minéraux, etc. Ainsi, les grandes puissances ont leurs « États clients » pour assurer l’extraction des ressources, alors que cette extraction entraîne la corruption, les conflits, l’agression armée et même le soutien aux organisations terroristes dans ces États.

En cette ère post-coloniale, l’extraction des ressources par les grandes puissances dans une région où les peuples autochtones sont exhortés à avoir leur propre droit à l’autodétermination est un défi important pour les entreprises mondiales et les anciens occupants coloniaux en Afrique comme la Grande-Bretagne, la Belgique, la France, l’Allemagne, l’Italie, etc.

Lorsque les intérêts des entreprises entrent en conflit ou sont de connivence avec les intérêts de l’État, l’insurrection locale peut être grave, comme le géant minier Rio Tinto l’a découvert à Bougainville. D’autres exemples concernent le charbon et le gaz naturel au Mozambique, l’uranium et l’or au Niger et au Mali, le pétrole au Soudan, les diamants en République Centrafricaine, etc.

La France en Afrique

L’élément le plus notable pour l’OTAN – et plus particulièrement pour la France – est peut-être l’uranium nécessaire à la conduite de ses opérations nucléaires. La majeure partie de cet uranium provient d’Afrique, même si la France a réduit sa capacité de production d’énergie nucléaire. Malgré cela, la France continue de recevoir plus des deux tiers de son électricité d’origine nucléaire via la société anciennement appelée Areva, aujourd’hui Framatome.

L’uranium extrait pour les réacteurs nucléaires de Framatome se trouve en général dans la région du Sahel en Afrique d’où provient la majeure partie de l’uranium français, principalement le nord du Niger et du Mali. Le Tchad[1] et la Mauritanie possèdent également d’énormes réserves de matières dangereuses. Le Mali est également le quatrième plus grand fournisseur d’or, et avec la baisse des réserves d’or enregistrées et la confiscation déjà accomplie de l’or à ses États en faillite par l’Occident, le Mali est une cible particulièrement attrayante… en particulier pour les banques en difficulté de l’UE.

Après que les populations indigènes du Sahel aient souffert de graves maladies dues à l’exploitation minière de l’uranium – l’eau potable étant fréquemment contaminée – le dirigeant militant Almoustapha Alhacen et l’ONG Aghirin ont coopéré pour s’opposer au géant minier français Areva au Niger et au Mali après 2001.

En 2006-2009, les protestations à Agadez et au Mali sont devenues massives contre Areva. Et en 2011 – coïncidant étonnamment avec le « Printemps Arabe » d’Hillary Clinton – de nouvelles cellules terroristes mystérieuses sont apparues au Sahel après la destruction par l’OTAN du gouvernement de Kadhafi, notamment :

  • Mouvement pour l’Unicité et le Jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) financé par les services secrets France/Maroc.
  • Ansar Dine financé par les services de renseignements France/Maroc
  • Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI) financé par la CIA des États-Unis

Avant 2011, une rébellion touareg menée par le Mouvement pour la Libération de l’Azawad (MNLA) a connu quelques succès contre le gouvernement malien et contre Areva. Le MNLA est un groupe rebelle laïque légitime et n’est financé par aucun service de renseignement occidental. Le succès du MNLA a finalement conduit à des attaques aériennes et terrestres de la France au Mali dans le cadre de l’Opération Serval (avec des bases à Bamako et N’Djamena) en 2014.

Sous prétexte de frapper Al-Qaïda et Daech en Afrique – un continent où ces groupes n’existaient pas avant 2010 – la France a invoqué des frappes aériennes et des attaques au sol contre les peuples autochtones les plus endurcis dans leur résistance contre Areva.

L’armée française utilise l’aéroport de Bamako au Mali (qui accueille la mission MINUSMA) et celui de N’Djamena au Tchad où ces installations ne constituent certainement pas des bases idéales pour frapper la population autochtone rebelle de la région[2]. Malheureusement pour l’ordre mondial ultra-haute technologie de Macron, les aérodromes de Bomako et N’Djamena sont mal équipés pour les avions militaires modernes.

Aujourd’hui, avec la mise en service de la base aérienne US Niger Air Base 201 à partir du 1er novembre 2019, la question se pose de savoir si Macron sera autorisé à utiliser cette base pour bombarder les rebelles touareg. L’OTAN et l’armée US ne révéleront pas si la Base 201 du Niger peut être utilisée conjointement, toutes ces communications semblent être classifiées. Cependant, le Camp 201 peut être considéré de facto comme une base aérienne « secrète » de l’OTAN.

À noter que les États-Unis importent moins de 3% de leur uranium du Niger alors que la France en importe plus de dix fois plus (en pourcentage). Alors que les États-Unis importent très peu de pétrole d’Afrique, la France en importe en revanche de grandes quantités. La France importe du pétrole du Nigeria, de l’Angola, de la Libye et de l’Algérie, ce qui représente un quart de l’ensemble des importations françaises de pétrole.

Ces « objectifs divergents » et le clivage entre les États-Unis et la France sont apparus récemment. La position de la France en Afrique a été modifiée par l’arrivée de Donald Trump, sous le régime Obama, les États-Unis et la France avaient marché au pas de l’oie… ou, de concert… mais plus maintenant, du moins pour le moment.

Les États-Unis ont demandé à la France et à tous les autres pays de l’OTAN de contribuer davantage au financement de la construction et de l’exploitation des bases – notamment la base aérienne 201 et les autres bases de l’OTAN. Mais même si la France dispose de la base 201 du Niger, il est clair que Macron préfère voir une telle base détenue et contrôlée par l’Union Européenne. Dans l’ensemble, ce qui précède peut donner un aperçu des mots radicaux de Macron, à savoir que l’OTAN est « en mort cérébrale ».

De toute évidence, la France s’efforce d’obtenir une position prédominante au sein de l’UE en tant que grande puissance qui a (peut-être) amené l’OTAN à garder le silence sur ses bases en Afrique. Actuellement, toutes les bases de l’OTAN en Afrique sont utilisées secrètement ou clandestinement par l’OTAN parce que l’OTAN ne finance aucune base militaire US

Bases US en Afrique

Les États-Unis ont bien sûr leur propre programme pour les trente-quatre bases militaires qu’ils exploitent en Afrique (et beaucoup d’autres sont en construction). On ne peut que présumer de la croissance rapide des bases qui s’y trouvent depuis 2016. Il semble que cette croissance rapide ne soit pas basée sur un objectif particulier d’abattage des ressources en Afrique à l’heure actuelle, mais plutôt sur l’intention des États-Unis de maintenir leur rôle d’hégémon mondial, de gérer leur empire par la terreur dans la région et de résister à toute exploitation naissante des ressources africaines ou expansion par la Russie ou la Chine.

Les États-Unis sont bien sûr tournés vers l’avenir dans leur rôle d’hégémon mondial unilatéral et comprennent qu’ils ne seront pas toujours autosuffisants en pétrole. À un moment donné, le schiste argileux et la fracturation se feront là où le prix du pétrole indique que le schiste argileux a des difficultés à se fracturer, ce qui pourrait arriver d’ici à 2024.

Dans ce cas – et puisque les États-Unis ont déjà détruit la majeure partie du Moyen-Orient – l’Afrique deviendra une source importante de pétrole pour les États-Unis à l’avenir. Dans le même temps, les États-Unis prévoient d’étendre leurs projets au gaz naturel en provenance du Mozambique et d’autres pays d’Afrique, et ce, à un rythme soutenu.

En résumé, les bases US en Afrique servent ces objectifs :

  • Décapiter n’importe qui à l’aide d’un drone au besoin
  • Une passerelle vers les ressources africaines si et quand elles sont nécessaires
  • Prévenir et décourager la Russie et la Chine d’exploiter les ressources en Afrique
  • Utilisation des bases par l’OTAN si cet intérêt coïncide avec celui des États-Unis
  • Renforcement de l’hégémonie mondiale des États-Unis
Base russe en Erythrée

La Russie n’a qu’une seule base en Afrique. Le Centre logistique érythréen de Russie est un développement récent et l’objectif prévu pour ce site n’est pas encore clair et il se peut que ce ne soit pas une base militaire. Cependant, les dirigeants russes ont publiquement exprimé leur intérêt pour le développement des ressources en Afrique, en particulier pour fournir de l’énergie nucléaire sûre au continent, et ce site pourrait avoir une certaine relation.

Comme indiqué dans la partie 1, des sociétés militaires privés russes ont assuré activement la sécurité dans les États africains suivants :

  • République Centrafricaine, Ressources : or, bois, diamants
  • Libye : Pétrole, gaz naturel, minerai de fer
  • Mozambique : Le géant russe Gazprom était en concurrence avec l’Étasunien Exxon pour un important contrat de gaz naturel dans une région sans loi du Mozambique qui a été attribué à Exxon
  • Angola : minerai de fer, diamants, pétrole, bauxite, uranium, feldspath et pétrole
  • Ouganda : cuivre, cobalt, or, platine
  • Cameroun : huile, bois, énergie hydroélectrique, caoutchouc, huile de palme, gaz naturel, cobalt, nickel.

Les ressources pertinentes sont énumérées parce que les entrepreneurs des Sociétés Militaires Privées (SMP) sont généralement engagés pour protéger ces ressources au nom de leurs clients privés – aucune base de la Fédération de Russie en Afrique ou aucune ambition du gouvernement russe ne sont impliquées. Les Sociétés Militaires Privées soutiennent soit les intérêts des entreprises russes, soit les intérêts locaux de leurs hôtes et clients en Afrique.

Quoi qu’il en soit, la présence de Sociétés Militaires Privées en Afrique qui ont des liens avec des entreprises privées russes n’a aucun rapport – pas même une comparaison lointaine – avec la présence militaire massive et exagérée des États-Unis en Afrique.

Base d’appui militaire de l’APL de la Chine à Djibouti

La base militaire chinoise de Djibouti a été établie en 2017, peut-être pour contrer la menace croissante de l’unilatéralisme US. Depuis l’ouverture de la base, un certain nombre de rapports alarmants sont apparus dans les principaux médias US, notamment un rapport développant l’idée que les États-Unis pourraient « perdre leur seule base en Afrique » en raison de la présence de la Chine alors que Washington possède en fait un grand nombre de bases en Afrique.

La Chine déclare que son objectif à Djibouti est de maintenir la paix dans la région et de soutenir les opérations humanitaires en Afrique. Que la Chine apprécie les ressources africaines et leur potentiel de développement est tout aussi pertinent que de dire que toutes les autres grandes puissances apprécient la même chose.

La Chine a un intérêt particulier à patrouiller dans le Golfe d’Aden pour s’assurer que la piraterie contre son trafic maritime est maîtrisée.

Résumé

Il y a un dicton banal qui dit que la dernière frontière est l’espace, mais pour ceux d’entre nous sur terre, il est clair que l’Afrique est la dernière frontière. L’Afrique est un continent de ressources et de promesses qui pourrait être développé et prospérer de manière responsable s’il y avait une volonté dans le monde de le faire.

Le changement climatique et le déclin de l’ordre mondial rendent sombres les perspectives de l’Afrique, ainsi que la résurgence de la pensée coloniale occidentale qui voit l’Afrique non pas comme un trésor de promesses, mais comme un trésor de ressources.

Il y a de minuscules lueurs d’espoir pour l’Afrique avec l’Algérie, la Tunisie et même l’Erythrée… mais le désordre mondial de l’Ouest contre l’Est et la corruption toujours croissante en Occident en déclin constant n’épargnent peut-être pas l’Afrique. La « guerre secrète » en Afrique est et restera secrète tant que le nouveau désordre mondial – principalement engendré par l’Occident – se poursuivra dans sa spirale de mort.

—————————

[1] Au Tchad, la France a connu des problèmes majeurs, notamment pendant la guerre civile tchadienne. Rappelons que la France, ancienne puissance coloniale, exporte beaucoup au Tchad, au Mali et au Niger. Au Tchad, la France représente 30% de l’ensemble des importations tchadiennes. La menace soudanaise contre le Tchad a été contrée par la France.

[2] Bien que cela puisse sembler une déclaration extrême, rappelez-vous la dialectique hégélienne uniquement comme un outil pour l’impérialisme occidental comme discuté dans Empire by Terror, Afghanistan à la Syrie : La doctrine d’Al-Qaïda de Brzezinksi. Il ne fait aucun doute que la destruction de la Libye par les États-Unis et l’OTAN et la création d’un État en déliquescence ont contribué à une pléthore d’armes dans la région du Sahel, mais tous les troubles dans cette région ne sont pas directement attribuables aux terroristes takfiri.

traduit par Réseau International

Source :

https://reseauinternational.net/la-guerre-secrete-en-afrique-2eme-partie/

Colonie de terroristes



Baruch Kappel Goldstein (né le 9 décembre 1956 – mort le 25 février 1994) est un terroriste  sioniste religieux  israélo-américain, médecin de formation.

Barush Goldstein(capture d’écran)


Il est connu pour avoir été l’auteur en 1994 du massacre du Caveau des Patriarches à Hébron. Il tua 29 Palestiniens musulmans en prière et en blessa environ 125 autres avec une arme à feu automatique, avant d’être maîtrisé et battu à mort avec un extincteur.



Le gouvernement israélien avait partagé le Tombeau des Patriarches en deux sections distinctes : l’une réservée au culte juif et l’autre réservée au culte musulman. Le matin du 25 février 1994 à 05 h 00, 800 musulmans palestiniens entrent dans le Tombeau pour la prière de l’aube (fajr), la première des cinq prières quotidiennes. L’armée israélienne gardait le Tombeau, mais des neuf soldats qui étaient censés être de garde, quatre étaient en retard et seulement un officier était présent.

Baruch Goldsein(capture d’écran)



Peu de temps après, Baruch Goldstein entre dans le tombeau des Patriarches vêtu de son uniforme militaire et portant un fusil d’assaut IMI Galil et quatre chargeurs de munitions pour un total de 140 cartouches. Il n’a pas été arrêté par les gardes qui ont supposé qu’il était un officier se rendant du côté juif du Tombeau pour prier. Il se plaça devant l’unique sortie de la section musulmane, dans le dos des fidèles, et ouvrit le feu, abattant 29 Palestiniens en pleine prière et en blessant 125 autres. D’après les rescapés, il avait attendu le sojud, la prière que les musulmans disent en étant agenouillés en direction de la Mecque. Un fidèle lui lança un extincteur sur la tête, puis, avec d’autres fidèles, le battit à mort. Lors d’entretiens avec le New York Times des témoins palestiniens ont affirmé que pendant le chaos au moins un soldat a ouvert le feu sur la foule qui essayait de s’échapper et qu’au moins une personne avait été tuée. Deux soldats en faction devant la porte ont reconnu qu’ils avaient tiré non seulement en l’air mais aussi au moins quatre fois vers la porte, certains de ces tirs étaient à hauteur de poitrine, mais ils ont soutenu que personne n’a été touché par leurs balles. Ces soldats ont dit qu’ils voulaient créer un bouchon à la porte pour empêcher le tireur de sortir, et que les tirs ont cessé quand ils ont vu un homme blessé sortir de la mosquée. Ils ont compris à ce moment que le tireur était juif et non arabe. Le commandant de la police frontalière à Hébron, où des petites enclaves juives sont entourées de la population palestinienne, déclara que les ordres de l’armée étaient de ne jamais tirer sur un colon juif, même si ce dernier était en train de faire feu sur des Palestiniens ou des soldats.

Les circonstances exactes de ce massacre donnent lieu à nombreux témoignages contradictoires relayés par la presse sur la présence d’une autre personne venant en aide à Goldstein, sur l’arme utilisée, sur l’attitude de l’armée immédiatement après le massacre. D’après la commission d’enquête Shamgar, le terroriste a prémédité et accompli seul le massacre.

A retenir de ce terroriste sans foi ni loi, en 1985, lors d’une opération militaire de maintien de l’ordre, un soldat israélien tira dans les jambes d’un Palestinien. Celui-ci fut conduit à l’hôpital où le  Goldstein se trouvait en service. Goldstein refusa de dispenser des soins au Palestinien. Menacé de passer en cour martiale, il fit une déclaration où il dit : « Je ne suis pas disposé à soigner des non-juifs. Je ne reconnais que deux autorités religieuses :  Maïmonide et Meir Kahane ». (Meir Kahane fut également dirigeant du Kach).(1)


Malgré son refus de fournir une assistance médicale aux non-juifs, Goldstein fut maintenu à son poste de médecin militaire dans l’armée avec le grade de capitaine.

Source :


https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Baruch_Goldstein.

(1) Baruch Goldsein a menti en disant ces paroles. En effet, selon Maïmonide, le principe de la primauté de la vie en général est effectivement un principe fondamental de la Torah : »il est interdit de tarder à la profanation du Chabbat lorsqu’il y a un danger car il est dit ‘les commandemant que
D-ieu a donné pour que l’homme vive’, pour qu’il y vive et pas qu’il en meure; tu en déduis que les lois de la Torah ne sont pas une vengeance dans le monde, mais magnanimité, charité et paix dans le monde » (Lois du Chabbat 2,3).
Ceci confirme que les sionistes agissent contre le judaïsme qu’ils prétendent pratiquer.

Il faut savoir que le sionisme est une idéologie politique raciste basée sur le livre « L’Etat des Juifs » de Theodor Herzl, publié en 1896 et non sur la Torah.


Autre article sur le sujet :


https://www.chroniquepalestine.com/colon-juif-massacrait-fideles-palestiniens-mosquee-ibrahimi/

Voir vidéo :


https://youtu.be/mjMZCfU9Cs8

La plus grande carte 3D de l’Univers dévoilée

« C’est la plus grande carte en 3D de l’expansion de l’Univers jamais réalisée à ce jour », se félicite Jean-Paul Kneib, du laboratoire d’astrophysique de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). Fruit du travail d’un consortium de plusieurs centaines de scientifiques issus d’une trentaine d’institutions différentes dans le monde, cette carte comble les dernières lacunes de l’histoire de l’Univers depuis ses prémices, il y a 13,7 milliards d’années, jusqu’à nos jours. Le projet eBOSS (extended Baryon Oscillation Spectroscopic Survey), lancé en 2012 et dirigé par Jean-Paul Kneib, a patiemment récolté des données de quatre millions de galaxies et de quasars afin d’établir cette carte inédite.Une des avancées les plus importantes de cette dernière décennie en terme d’observation cosmologique

Les prémices de l’Univers sont relativement bien connus grâce aux travaux théoriques sur le Big Bang et à l’observation du fond diffus cosmologique, ce rayonnement « fossile » des débuts de l’Univers. En étudiant les galaxies lointaines et en utilisant des calculs de distance, on a également une bonne idée sur la vitesse d’expansion et la composition de l’Univers au cours des derniers milliards d’années.

« Il restait toutefois un manque de données entre les deux qu’il aura fallu cinq ans de travail pour combler, relève Kyle Dawson, de l’Université de l’Utah et l’un des leaders du projet. L’annonce d’aujourd’hui représente donc l’une des avancées les plus importantes de cette dernière décennie en terme d’observation cosmologique ». Les données obtenues par le programme eBOSS viennent compléter celles du Sloan Digital Sky Survey (SDSS), un programme de relevés des objets célestes utilisant le télescope d’Apache Point au Nouveau-Mexique (États-Unis).

Horodater les galaxies selon leur spectre lumineux

Pour réaliser ce relevé, les équipes se sont intéressées à différents marqueurs révélant la distribution de masse dans l’Univers. Les parties de la carte émanant de six millions d’années en arrière ont, par exemple, été retracées grâce aux observations des galaxies les plus anciennes et les plus rouges. Pour les époques plus lointaines, les chercheurs se sont servis des galaxies plus jeunes et plus bleues. Et pour remonter encore plus loin, au-delà de 11 milliards d’années, ils se sont appuyés sur les quasars d’anciennes galaxies en implosion dont le cœur est rendu ultra-lumineux par le trou noir qui absorbe la lumière aux alentours.

Le saviez-vous ?

Le décalage vers le rouge (redshift) est un effet physique dû à l’expansion de l’Uni­vers : plus un corps céleste est loin et plus il s’éloigne rapidement, plus son spectre lumineux est décalé vers une longueur d’onde supérieure (en raison de l’effet Doppler). Ce phénomène est une preuve de l’expansion de l’espace-temps.

Résoudre l’énigme de la constante de Hubble

Comme le prédisent les nouveaux modèles de la théorie de la relativité d’Einstein, cette carte révèle que, à un certain moment, l’expansion de l’Univers s’est accélérée et que cette accélération perdure depuis. Cela serait dû à la présence d’énergie noire qui s’oppose à la gravité ayant tendance à ralentir naturellement l’expansion de l’Univers.

Or, les différentes méthodes de mesure de la vitesse d’expansion, nommée « constante de Hubble », aboutissent à des valeurs contradictoires de cette constante. Les modèles partant des étoiles les plus proches pour remonter dans le temps donnent une valeur de 74 kilomètres par seconde et par mégaparsec. La méthode inverse, consistant à remonter depuis le fond, aboutit à 67,4. Une différence faible, mais inexplicable, que l’on appelle la « tension » de la constante de Hubble.

« Or, la haute précision et la grande variété des données du programme eBOSS rendent peu probables que cette différence soit due au hasard », confie Jean-Paul Kneib. Si cela était bien le cas, cela signifie que l’Univers ancien était gouverné par des lois  physiques encore inconnues.

Une carte montrant les débuts de l’Univers

Article de Rémy Decourt publié le 13/02/2003

WMAP (Wilkinson Microwave Anisotropy Probe) vient de dresser une carte des débuts de l’Univers comparable à celle obtenue par le satellite COBE en 1992 mais avec une résolution  bien supérieure.

WMAP a été lancé le 30 juin 2001 par une fusée Delta II depuis la base de Cap Canaveral. Il évolue depuis sur orbite autour du point de Lagrange 2 à 1,5 million de kilomètres. Sa mission doit se poursuivre pendant au moins trois ans.

Pour les scientifiques, cette carte et les données associées confirment la théorie du Big Bang et de dater l’âge de l’Univers à 13,7 milliards d’année avec une marge d’erreur de 1%. Ils ont aussi pu déterminer que l’Univers contenait 4% d’atomes de matière, 23% de matière noire et 73% d’une énergie sombre, dont le rôle reste énigmatique.

Note : COBE (COsmic Backround Explorer) avait, en 1992, déterminé une répartition anisotropique du rayonnement fossile de l’Univers et dresser la première carte des débuts de l’Univers. WMAP, son successeur, a été conçu pour confirmer les observations de COBE en fournissant des mesures des fluctuations de températures plus fines, de l’ordre du millionième de degré Kelvin.

Source :

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/formation-univers-video-voici-carte-univers-plus-detaillee-jamais-realisee-1703/#xtor=EPR-57-[ALERTE]-20200720

Voir vidéo :

Méfiez-vous de vos applications, elles sont peut-être contrefaites

Si votre sac Louis Vuitton ou vos Nike Air sont des contrefaçons, les risques encourus sont limités, à moins bien sûr de tomber sur la douane. La contrefaçon d’application mobile, une pratique désormais courante, est en revanche bien plus problématique.

Vols de données personnelles, publicités intempestives, rançons… Tout est possible: semblable à l’appli originale, la version falsifiée est une pilleuse sournoise et bien réalisée. Rencontre avec Esther Onfroy, cofondatrice de la firme de cybersécurité Defensive Lab Agency qui lutte contre cette nouvelle cybercriminalité.

Korii: Bonjour Defensive Lab Agency. Qui êtes-vous et quel est votre boulot?

Esther Onfroy: Defensive Lab Agency est une entreprise spécialisée en cybersécurité, principalement concernant celle des téléphones portables. Une des cofondatrices a précédemment créé Exodus Privacy et est spécialiste des questions de vie privée sur les mobiles.

Comment en êtes-vous venues à vous pencher sur les contrefaçons d’applications?

En 2018, l’Electronic Frontier Foundation (EFF) et Look Out (entreprise américaine de cybersécurité) ont révélé une attaque de grande ampleur, Dark Caracal, en place depuis six ans et qui ciblait des journalistes, des militaires, des PDG, des personnalités politiques…

Les contrefaçons d’applications sont aujourd’hui présentes partout.

ESTHER ONFROY, COFONDATRICE DE DEFENSIVE LAB AGENCY

Via ingénierie sociale, on faisait installer à ces personnes une fausse version de Signal ou Orbot par exemple, des applis utilisées par des personnes soucieuses de sécuriser leurs échanges ou leur navigation.

L’application fonctionnait exactement comme l’officielle, sauf qu’un morceau de code rajouté avait pour but de collecter les SMS, fichiers, contacts, historiques, etc. Depuis deux ans, Defensive Lab Agency travaille donc sur cette problématique des contrefaçons, uniquement sur Android.

De quelle manière?

Nous venons de lancer un site public où les projets open source et les entreprises peuvent rajouter leur application, pour que, de notre côté, nous puissions scruter sur internet afin de vérifier s’il existe ou non des contrefaçons. Nous les prévenons ensuite de leur existence.

Pour des entreprises, ce phénomène peut engendrer un manque à gagner non négligeable ainsi qu’une perte de crédibilité et de confiance si des données ou des fichiers que les usagers et usagères estimaient en sécurité chez eux se retrouvent entre de mauvaises mains…

Ce sujet paraît étonnamment assez méconnu…

Oui, alors que les contrefaçons d’applications sont aujourd’hui présentes partout. C’est un peu l’équivalent, à l’époque, des logiciels dits «craqués». On ne voulait pas mettre la main au portefeuille, acheter une licence Windows par exemple, et donc des personnes craquaient le logiciel pour que d’autres puissent le télécharger.

Or, dans certains d’entre eux se trouvaient des virus, des chevaux de Troie, des malwares, etc. Forcément, cela a fini par arriver dans le domaine de l’application mobile.À lire aussiEchap, des outils pour aider les femmes à s’émanciper des cyberviolences

Où et sous quelle forme ces «fausses» applications se présentent-elles?

Elles vont se trouver partout: sur Google Play comme sur d’autres stores. L’argument principal va être, pour les applications payantes, la gratuité de l’appli contrefaite.

Si vous voulez utiliser un service de musique en ligne très connu, il existe des contrefaçons gratuites où les publicités sonores ont été remplacées par des pubs textuelles et, évidemment, une collecte de données conséquente.

Mais cette pratique existe aussi pour des applications gratuites. Nous en avons trouvé beaucoup pour VLC ou Silence par exemple (servant normalement à chiffrer ses SMS).

Il faut se méfier d’emblée des applis avec beaucoup de commentaires négatifs, mais aussi des applis très récentes avec un grand nombre de téléchargements.

Quels sont les signes qui peuvent alerter?

La batterie du téléphone peut se vider plus vite. Ou bien le forfait data va s’épuiser rapidement, car la contrefaçon échange beaucoup, beaucoup de données.

Qui a intérêt à créer ses applis?

Des cybercriminels qui vont vouloir collecter un maximum de données. Adresses mail, carnets de contacts, données de santé, numéros de cartes bancaires… Des personnes travaillant dans le cyberespionnage aussi.

Ou bien encore des groupes d’utilisateurs et utilisatrices qui ne veulent pas payer un service et vont acheter une fois l’appli puis la recréer à l’identique en la mettant en accès libre.

Il faut bien avoir conscience que pour l’individu qui se sert d’une appli de ce genre, l’utilisation est exactement la même qu’avec celle d’origine. C’est indétectable à l’oeil nu.

Il faut se méfier d’emblée de celles avec beaucoup de commentaires négatifs, mais aussi de celles qui sont très récentes et avec un grand nombre de téléchargements. Attendez donc un peu que des personnes expertes en cybersécurité aient pu les vérifier. Et privilégiez Google Play plutôt qu’un obscur forum.

Lire l’article en entier : 🌹👇🌹

https://korii.slate.fr/tech/applications-contrefacons-defensive-lab-cybersecurite-ransomware-donnees-personnelles-cybercriminalite-hacking

Experts scientifiques et complotisme

Le Jt de la chaîne d’Etat France 2 évoque au travers d’un reportage, via un expert ventriloqué, le complotisme de ceux qui refusent le port du masque et déclare qu’ils ne sont inspirés que par les réseaux sociaux allant jusqu’à parler de rumeurs. Ils ne sont pas les seuls, les médias de masse à l’unisson vont dans le même sens.

Qu’en est-il des nombreux experts scientifiques qui critiquent cette mesure ? Des vilains complotistes aussi ?

Le samedi 1er aout un rassemblement de milliers de personnes a eu lieu à Berlin pour dénoncer les mesures sanitaires actuelles contre le Covid-19 et notamment le port du masque. Il s’agissait pour les organisateurs de dénoncer des mesures jugées inutiles après l’épidémie. La manifestation a été dispersée par la police pour non port du masque et non respect des mesures sanitaires.

La rédaction du Jt de France 2 en a profité pour livrer un reportage dont elle a le secret ce samedi 1er aout à 20h. (Un reportage parmi d’autres de la chaîne d’Etat visant sans doute à formater les « cerveaux disponibles » et les caler sur le discours politique ambiant plutôt que de faire de l’information en adoptant les points de vue contradictoires. Voir plus : 🌹👇🌹

reseauinternational.net

Les élitistes risquent leur vie pour maintenir le verrouillage

COMMENTAIRE:  Salut Marty

Presque tous les pays ramènent maintenant des restrictions, des masques obligatoires, des verrouillages régionaux ou une combinaison de tout cela.

L’Autriche a de nouveau décrété que les masques sont désormais obligatoires dans les espaces publics fermés (supermarchés, banques, bureaux de poste, églises, stations-service, etc.). La Belgique a fait de même et inclus certains espaces extérieurs dans l’obligation de porter un masque (ceux qui ne portent pas de masque reçoivent une amende de 250 euros). La France aussi – les masques sont désormais obligatoires dans tous les espaces clos, et des amendes à partir de 135 euros pour la première «infraction» et une amende beaucoup plus élevée (3 750 euros) + 6 mois de prison si pris pour la troisième fois sans masque. Même chose au Royaume-Uni – les masques y sont désormais obligatoires. La République tchèque ramène également diverses restrictions maintenant, et les masques pourraient redevenir obligatoires d’un jour à l’autre. La Slovénie, la Croatie et plusieurs autres pays d’Europe de l’Est ont également récemment ramené l’obligation de masque dans les espaces fermés. En Slovaquie, c’est toujours obligatoire, depuis avril (et malgré aucun nouveau décès «à virus» depuis début mai). Et, bien sûr, les masques sont déjà obligatoires dans les transports publics dans tous les pays européens auxquels je pense. En Espagne, les masques sont obligatoires dans tous les espaces publics, incl. à l’extérieur (même s’il n’y a personne autour, y compris sur les plages, à la campagne, etc.), et plusieurs villes sont à nouveau verrouillées.

Bien que dans la plupart de ces pays, il n’y ait pas – ou très peu – de nouveaux décès présumés dus au «covid», ils publient quotidiennement des «nouvelles infections» (c’est-à-dire des personnes dont le test est positif – des tests massifs sont effectués partout – tout en n’ayant pour la plupart aucun symptôme. ), donnant ainsi l’impression que le «virus» se propage à nouveau rapidement («deuxième vague!»), et de nouvelles «mesures» sont donc nécessaires. Alors maintenant, le but est de prévenir toute «infection» – ce qui, bien sûr, ne pourrait jamais être fait à moins de tout refermer et d’emprisonner les gens chez eux pendant encore x mois. L’objectif n’étant plus d ‘«aplatir la courbe» et d’éviter que les hôpitaux ne soient «débordés» (ce qu’ils n’ont jamais été au départ, bien au contraire), ce sera des verrouillages sans fin, des masques pour toujours et finalement une vaccination forcée.

La folie en Australie est assez descriptive de ce qui se passe (ou est sur le point de se produire) partout ailleurs aussi. CINQ nouveaux décès (et 133 décès par virus présumés au total depuis mars, dans tout le pays) et un État tout entier est verrouillé, et les gens sont à nouveau harcelés (et condamnés à une amende) par les flics à chaque étape. La panique des HSH, du gouvernement et des «experts» de la santé se poursuit sans arrêt… «la vie au bord du gouffre», «le système de santé ne pourra pas faire face», «des dizaines de personnes mourront»… la même propagande malade et perverse nous en voyons partout dans le monde depuis mars.

Je perds tout espoir que j’avais encore qu’il y aurait un endroit relativement normal pour pouvoir déménager (et / ou que cette BS finirait par se terminer). Ils ne s’arrêteront pas tant qu’ils n’auront pas atteint leur objectif final. Je suppose que nous sommes vraiment condamnés.

RÉPONSE: 

Je sais que tout cela peut sembler sombre et sombre. Où aller est une question beaucoup plus sérieuse à laquelle il n’est pas facile de répondre si cavalièrement. Je crois que nous nous dirigeons davantage vers une confrontation majeure et ces politiciens qui ont voulu opprimer le peuple souhaiteront peut-être ne jamais rejoindre cette folie. Ce sont les troubles civils que Socrate projette. Ces politiciens et élitistes qui pensent pouvoir simplement réorganiser l’économie mondiale selon leur vision risquent d’être traînés hors de leurs bureaux et pendus. Ces personnes ont fait tellement de mal en anéantissant non seulement des emplois, mais aussi des économies, leur avenir et leurs familles. Ils sont tellement arrogants qu’ils pensent vraiment que tout ce qu’ils ont à faire est d’imprimer deschèques de revenu de base garanti et tout ira bien.

Fauci est sorti et a admis qu’il était confronté à de graves menaces de mort . Il a répondu: «J’ai vu un aspect de la société que je suppose compréhensible, mais c’est un peu dérangeant.» Fauci est un élitiste arrogant typique. Il pense qu’il peut détruire l’économie, anéantir des dizaines de millions d’emplois, de retraites, d’épargne et l’avenir des gens et ils ne répondront pas? Fauci sera clairement sur une liste restreinte de représailles si la société est poussée au bord avec plus de verrouillages.

Tout l’argument de Fauci pour le verrouillage en mars 2020 était que nous n’aurions pas assez de lits. Nous n’avons jamais utilisé l’espace du lit et son raisonnement était de simplement réduire la maladie. Eh bien, nous pouvons vaincre le rhume en restant tous à la maison, mais à quel prix? Fauci était soit incroyablement STUPIDE , ne pas comprendre que sa solution anéantirait l’économie, soit il était secrètement en ligue avec d’autres pour forcer cette grande réinitialisation . Personne n’osera lui poser cette question.

Neil Ferguson a plaidé pour les verrouillages et a été contraint de démissionner après ne pas se conformer aux mêmes règles qu’il préconisait pour tout le monde. Maintenant, les photos de Fauci faisant la même chose deviennent virales. Fauci ne prend pas non plus de distance socialement et abaisse son masque quand il pense que personne ne regarde.

Traduit par Ahmed Miloud via Google Traduction

Source :

https://www.armstrongeconomics.com/world-news/civil-unrest/the-elitists-are-rising-their-lives-to-maintain-lockdowns/